Analyse de la contribution des réponses lymphocytaires T spécifiques d'herpesvirus au répertoire alloréactif par criblage de lymphocytes T CD4+ ou CD8+ spécifiques du cytomégalovirus ou du virus d'Epstein-Barr

par Alexis Morice

Thèse de doctorat en Biologie cellulaire

Sous la direction de Elisabeth Houssaint - Chalmeau.

Soutenue en 2009

à Nantes , dans le cadre de École doctorale Biologie-Santé Nantes-Angers , en partenariat avec Université de Nantes. Faculté des sciences et des techniques (autre partenaire) .


  • Résumé

    Les lymphocytes T exprimant des récepteurs pour l'antigène de type ab sont sélectionnés dans le thymus et ils sont de ce fait restreints à reconnaître des molécules du Complexe Majeur d'Histocompatibilité (CMH) du soi chargées en peptide. Néanmoins, les lymphocytes T sont fréquemment cross-réactifs vis à vis de molécules du CMH allogéniques. Bien que l'association entre des infections virales persistantes et le rejet d'allogreffes soit connue de longue date, peu d'exemples de cross-réactivités entre un complexe CMH du soi/peptide viral et des molécules du CMH allogéniques ont été décrits à ce jour. Nous avons criblé des populations de lymphocytes T CD4+ ou CD8+, dont la spécificité antigénique vis à vis de deux herpesvirus infectant une large partie de la population humaine, le virus d'Epstein-Barr et le cytomegalovirus, a été bien caractérisée afin d'évaluer la contribution de ces réponses au répertoire alloréactif. La plupart des lignées criblées ont été obtenues par tri immunomagnétique à l'aide de billes recouvertes de complexes CMH/peptide recombinants. Nos résultats montrent que des cellules T spécifiques d'épitopes d'herpesvirus montrent des réactions croisées avec des molécules du CMH allogéniques, manifestant une forte cytotoxicité vis à vis de différentes catégories de cellules cibles, et qu'elles pourraient ainsi contribuer au rejet d'allogreffes. Nous avons d'autre part mis en évidence que des lymphocytes T CD8+ peuvent manifester une alloréactivité médiée par un récepteur activateur de type NKR (récepteur de cellules Natural Killer) de la famille des LIR/ILT, renforçant la notion que des NKR activateurs contribuent à l'alloréactivité

  • Titre traduit

    Appraisal of the contribution of herpesvirus-specific T cell responses to the alloreactive repertoire through screening of CD4+ and CD8+ T cell specific to cytomegalovirus and Epstein-Barr virus


  • Résumé

    T lymphocytes expressing ab T cell antigen receptors are selected in the thymus, and are thus restricted to recognize self Major Histocompatibility Complex (MHC) molecules loaded with peptides. Yet, T lymphocytes frequently cross-react with allogeneic MHC molecules. Though association between persistent viral infection and allograft rejection is well admitted, few examples of T-cell cross-reactivity between self-MHC/viral and allogeneic HLA molecules have been documented so far. We appraised in this study the alloreactive potential of CD8+ or CD4+ T cell populations, specific for immunodominant epitopes derived from cytomegalovirus (HCMV) or Epstein-Barr virus (EBV), two herpesviruses that infect a large fraction of the human population. Most T cell lines that were screened were obtained by immunomagnetic sorting, using beads covered with recombinant peptide/MHC multimeric complexes. Our results show that herpesvirus-specific T cells frequently cross-react with allogeneic MHC molecules, exhibiting vigorous cytotoxicity toward different types of target cells. Thus, virus-specific T cells recognizing allo-MHC alleles may play an essential role in solid organ rejection. On the other hand, we bring evidence that CD8+ T lymphocytes can mediate alloresponses through an activating NKR receptor (Natural Killer cell receptor) of the LIR/ILT family, supporting the notion that activating NKR contribute to alloreactivity

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (pagination multiple)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 173-192.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. BU Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 8916
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.