Étude du rôle effecteur et régulateur des lymphocytes T dans la Sclérose en Plaques

par Ségolène Pettré

Thèse de doctorat en Médecine. Biologie, médecine et santé. Immunologie

Sous la direction de Jean-Paul Soulillou.


  • Résumé

    La sclérose en plaques (SEP) est une maladie chronique inflammatoire du système nerveux central associée à la présence de lymphocytes T auto-réactifs. En dépit de la prépondérance des lymphocytes CD8+ dans les altérations du répertoire T dans la SEP, nous avons observé une fréquence similaire des cellules CD8+ auto-réactives dans le sang des patients atteints de SEP et des individus sains. Ceci nous a conduit à étudier la fonction régulatrice des cellules T CD4+CD25high en incluant le marqueur CD127 (chaîne α du récepteur à l'IL7) et à proposer d'autres approches de calcul de fréquence. Notre étude a montré que les cellules CD4+CD25highCD127- des patients atteints de SEP possédaient la même capacité régulatrice que celles des individus sains. En outre, les cellules CD4+CD25highCD127+ des patients atteints de SEP semblent être hyperprolifératives et présenter un profil cytokinique pro-inflammatoire. Pour la première fois, notre équipe a mis au point la technique TRAP (T Recognition of APC by Protein Transfer) dans le contexte de la SEP, limitée à l'utilisation de la myéline totale comme antigène. Cette nouvelle méthode a permis de mettre en évidence une fréquence très élevée des cellules T auto-réactives dans la SEP. Les lymphocytes T auto-réactifs positifs au TRAP sont caractérisés par un niveau d'expression plus important de CD40L et de CD62Llow. À la différence de la technique de référence qu'est l’ELISPOT-IFNγ, le TRAP présente l'avantage de s'affranchir des différents CMH et peptides et d'étudier directement tous les lymphocytes auto-réactifs quelques soient les peptides reconnus. Nos résultats portant sur des patients non-traités en début de maladie plaident fortement pour une étiologie auto-immune de la SEP.

  • Titre traduit

    Study of effectory and regulatory role of T lymphocytes in Multiple Sclerosis


  • Résumé

    Multiple sclerosis (MS) is a chronic inflammatory disease of central nervous system associated with auto-reactive T cells. Even though MS patients show increased alterations in T cell repertoire, predominantly in CD8+ T cell compartment, we observed that there was no difference between the auto-reactive CD8+ T cell frequency in blood of MS patients and healthy individuals. Furthermore, we used CD127 (IL7 receptor α chain) in order to describe the regulatory function of CD4+CD25high T cells. We have shown that CD4+CD25highCD127- T cells present similar regulatory capacity in MS patients compared to healthy individuals. Moreover, CD4+CD25highCD127+ T cells from MS patients seem to be hyperproliferative and present a pro-inflammatory cytokine profile. We are the first laboratory to use a new method, called TRAP (T Recognition of APC by Protein Transfer) in the context of MS. This new assay revealed a significantly increased frequency of auto-reactive T cells in MS patients with respect to healthy individuals. Auto-reactive T lymphocytes are characterized by higher CD40L and CD62Llow expression. Compared to the classically used ELISPOT-IFNγ assay, the main interest of TRAP employing whole myelin as an antigen is to study the entire population of auto-reactive T cells allowing at the same time to distinguish between CD8+ and CD4+ T cells. In conclusion, activation and/or regulation of cell effectors seem to be important in MS pathology.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (240 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 166-195 [317 réf.]

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. BU Santé.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 09 NANT 19-VS
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.