La contribution de l'Europe au processus de résolution de la crise de l'État en Afghanistan

par Arthur Benga Ndjeme

Thèse de doctorat en Droit international public

Sous la direction de Batyah Sierpinski.

Le président du jury était Jean Charpentier.

Les rapporteurs étaient Rahim Kherad, Isabelle Bosse-Platière.


  • Résumé

    Le concept de gestion de crise, auquel s’ajoute subrepticement son corollaire, la prévention des conflits, est l’un des champs d’expression contemporaine de la capacité des sujets de Droit international à contribuer efficacement au maintien de la paix et de la sécurité internationales. L’Europe, acteur stratégique formé et forgé à partir des actes de Politique étrangère de l’UE et la coopération des Etats membres, ne tient surtout pas à manquer ce rendez-vous ; d’autant plus que l’agrégat d’activités que suscite la gestion des crises privilégie le traitement civil aux opérations militaires, instruments au pouvoir duquel l’Europe évalue exceptionnellement sa puissance. La contribution de cet acteur à la résolution de la crise de l’Etat en Afghanistan lui donne l’opportunité de confirmer cette dynamique, sans pour autant sous-entendre qu’il renonce à l’emploi de la force dans les relations internationales. En effet, l’implication de l’Europe à la gestion de la guerre civile d’Afghanistan, à l’exercice solidaire de la légitime défense reconnue aux Etats-Unis après les dramatiques attentats du 11 Septembre 2001 et à la mise en oeuvre de l’Accord de Bonn sur la reconstruction post-taliban est le fruit d’une volonté consciente et cohérente d’affirmer sa personnalité sur la scène internationale. L’établissement de la Mission EUPOL Afghanistan aux fins de promotion des principes de l’Etat de droit, des valeurs de la démocratie et du respect des Droits fondamentaux des hommes et des femmes peut donc être perçu comme un défi pour l’engagement collectif de l’UE et de ses Membres dans les enjeux de sécurité internationale qui se jouent en Asie Centrale au prisme de l’Afghanistan. La nomination d’un Représentant spécial de l’Union européenne pour l’Afghanistan et le Pakistan élargit manifestement cet horizon.


  • Résumé

    The crisis management completed by conflict prevention, is one of the fields of contemporary expression of the ability of international subjects to effectively contribute to global peace and security. Europe, strategic power formed and forged from the UE foreign policy acts and Member States cooperation can not miss this particular agenda. All activities required for crisis management prefer use civilian mechanisms. The European power does not assessed for the use of force. The contribution of this new strategic actor in resolving the Afghanistan state’s crisis gives him an opportunity to confirm that way. But it does not reject completely the use of force to keep, make or re-establish and build peace. Indeed, the Europe involvement in the management of the afghan civil war, his contribution in the self-defence recognized to the United States after the terrorist attacks of 11 September 2001 and the implementation of the Bonn Agreement is the result of a conscious and coherent statement of European international capacity. EUPOL Afghanistan establish to promote the Rule Of Law, democratic values and respect for fundamental rights of human beings can be see as à challenge to the collective commitment of the EU and its state members in international security issues open in Central Asia through the afghan case. Appointing a Special Representative of the European Union for Afghanistan and Pakistan, Europe clearly extends this outlook.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.