Le mouvement de la Haskalah parmi les juifs de Roumanie

par Lucian-Zeev Hers̜covici (Herscovici)

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Carol Iancu.

Soutenue en 2009

à Montpellier 3 .


  • Résumé

    Le mouvement de la Haskalah en Roumanie est apparu dans les années '40 du XIXème siècle en Moldavie et Valachie. Les premiers maskils et les maskils de la première génération, organisés comme mouvement conservateur étaient immigrés de Galicie. Ils ont milité pour la modernisation de l'éducation juive. La première école "moderne" a été fondée à Bucarest en 1851. Dans les écoles fondées par les maskils, le programme d'études était identique à celui des écoles publiques, à la différence des matières juives en plus. Celles-ci étaient enseignées en roumain ou en allemand par des maskils d'après des méthodes déjà utilisées dans certains pays d'Europe centrale. Ces maskils publiaient aussi des ouvrages écrits en hébreu. Dans les années '70 du XIXème siècle, des maskils plus radicaux se joignirent au mouvement. En parallèle, des maskils sépharades ainsi que des maskils ashkénazes y adhèrent de même et y devinrent actifs. Les ashkénazes utilisèrent le yiddish pour leur propagande, quoiqu'ils se soient opposés en principe à cette langue, la considérant comme un jargon. Il exista en Roumanie un mouvement religieux réformiste, soutenu par une partie des maskils. La deuxième génération des maskils - dont beaucoup naquirent en Roumanie - est "la génération de 1878". Ces maskils luttèrent pour l'émancipation des Juifs et instaurèrent une propagande pour la modernisation de l'éducation juive et pour l'amélioration de la vie quotidienne des Juifs. La roumanisation linguistique s'étendit progressivement. Le mouvement de la Haskalah s'acheva plus tard dans les années '80-'90 du XIXème siècle par une transition vers l'assimilation d'une part et vers le judaïsme national de l'autre.

  • Titre traduit

    ˜The œHaskalah movement among the jews of Romania


  • Résumé

    The Haskalah Movement of Romania, (including Moldavia and Wallachia) appeared in the '40s of the 19th century. The first maskils, as well as the maskils of the first organized generation, were conservative "Galician maskils", having immigrated from Galicia. They fought for the modernization of Jewish education. The first modern Jewish school in Romania was opened in Bucharest in 1851. In the schools founded by the maskils, in association with the government, the curriculum was identical to that of the public schools, with the exception of Judaic subjects, taught by maskil teachers in German or Romanian, using methods already in use in Central European countries. The maskils also wrote in the Hebrew language. Later, in the '70s of the 19th century, more radical maskils joined the movement. Sephardic maskils, as well as Ashkenazic maskils, became active in their communities at this time. The Ashkenazic maskils used the Yiddish language for their propaganda, even though they were opposed to this language, considering it only a jargon. A Reform movement also existed in Romania, supported by some of the maskils. The second generation of maskils, many of whom wee born in Romania, made up the "generation of 1878". They struggled for the emancipation of the Jews, in addition to propagandizing for the modernization of Jewish education and Jewish life. The linguistic Romanization of the Jews was also extended. The Haskalah Movement in Romania drew to a close in the '80s-'90s of the 19th century, having been replaced by a trend toward assimilation on the one hand, and by Jewish nationalism on the other hand.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (1044 p., [non paginé])
  • Annexes : Bibliographie p. 975-1044.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TL 2009.MON-66
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.