Conséquences des déplacements des canards pour la dispersion des graines, des invertébrés et des parasites

par Anne-Laure Brochet

Thèse de doctorat en Biologie des populations et écologie

Sous la direction de Michel Gauthier-Clerc et de Matthieu Guillemain.

Soutenue en 2009

à Montpellier 2 .


  • Résumé

    Le rôle des oiseaux d'eau dans la dispersion des organismes aquatiques entre les zones humides est depuis longtemps suspecté. Ces oiseaux sont en effet abondants, largement distribués à travers toutes les zones humides, et très mobiles que ce soit l'échelle locale ou continentale. Nous avons étudié les conséquences des déplacements des canards pour la dispersion des graines, des invertébrés et des parasites à l'échelle d'un quartier d'hiver (la Camargue) et d'un continent (l'Europe) et quantifié ces événements de dispersion. Pour le transport des graines par exemple, nous avons montré qu'en moyenne 27% des graines ingérées par la sarcelle d'hiver (Anas crecca) étaient récupérés encore viables dans les fientes. Sur le terrain, nous avons trouvé que 9 et 6% des sarcelles transportaient de façon interne et externe respectivement, au moins un propagule viable. Bien que la probabilité pour un oiseau de disperser des propagules à un instant donné soit faible, cette probabilité devient potentiellement importante lorsque l'on considère les centaines de milliers de canards qui se déplacent quotidiennement entre les différents plans d'eau. L'ensemble de ces résultats plaide donc en faveur d'un rôle important des canards dans la dispersion de nombreux organismes aquatiques et des parasites. A l'heure de la fragmentation des habitats, des changements climatiques et des espèces introduites envahissantes, la prise en compte de la dispersion est devenue un enjeu d'importance majeure pour la gestion et la conservation des habitats

  • Titre traduit

    Consequences of Duck Movements for Seeds, Invertebrates and Parasites Dispersal


  • Résumé

    The role of waterbirds in aquatic organism dispersal between wetlands has long been recognized. These birds are indeed abundant, widely distributed across wetlands and highly mobile at local and continental scales. We studied the consequences of duck movements for seed, invertebrate and parasite dispersal at the scale of a wintering quarter (the Camargue) and of a continent (Europe), and we quantified these dispersal events. For seed transport by teal (Anas crecca), for example, we experimentally showed that an average of 27% of ingested seeds are later collected while still being viable in the faeces. In the field, we observed 9 and 6% of teal to carry at least one viable propagule internally or externally, respectively. Although the likelihood for one bird to disperse one propagule at a given point in time is low, such probabilities potentially get important when considering the hundreds of thousands of ducks which move daily between wetlands. This therefore suggests that ducks do play an important role in the dispersal of many aquatic organisms and parasites. In the current context of habitat fragmentation, climate change and invasive introduced species, taking dispersal into account becomes an issue of great importance for management and habitat conservation

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (282 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 222-263. Annexes

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TS 2009.MON-150
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.