Origine, évolution et diversification des rongeurs Cricetidae au Paléogène en domaine holarctique : apport des faunes oligocènes de la région d’Ulantatal (Mongolie Intérieure, Chine)

par Helder Gomes Rodrigues

Thèse de doctorat en Paléontologie

Soutenue en 2009

à Montpellier 2 .


  • Résumé

    Les rongeurs Cricetidae font partie de la super-famille des Muroidea, groupe de mammifères actuels le plus florissant. Les Muroidea auraient comme groupe souche les formes paléogènes de Cricetidae. Ces derniers trouveraient leur origine en Asie à l'Eocène moyen. D'un point de vue dentaire, la perte progressive de la P4 et surtout le développement de l'antérocône sur la M1 apparaissent comme des innovations clés qui les distinguent de leurs plus proches parents, les Dipodoidea. Ce n'est qu'autour de la limite Eocène-Oligocène que les Cricetidae se diversifient avec l'apparition de la plupart des sous-familles oligocènes que ce soit en Asie, en Amérique du Nord et aussi en Europe simultanément à l'épisode de Grande Coupure. L'évolution de cette famille en Asie, habituellement moins bien connue que sur les autres continents à l'Oligocène, a été considérablement renseignée par l'étude des faunes de la région d'Ulantatal située en Mongolie intérieure (Chine). Ces formes auraient vécu dans un milieu ouvert où régnaient des conditions climatiques froides et arides. Par la présence de taxons communs avec le Pakistan, l'Asie Mineure et l'Europe, les Cricetidae d'Ulantatal témoignent également de migrations fauniques via le couloir péri-téthysien. Les Eucricetodontinae d'Asie, sous-famille paléogène la plus diversifiée, présenteraient des caractéristiques évolutives plus avancées que celles de leurs contemporains européens rappelant déjà celles des formes néogènes, que ce soit du point de vue de la morphologie dentaire ou de la microstructure de l'émail des incisives. Cette dernière approche a aussi contribué à la compréhension des relations inter-génériques avec notamment la mise en synonymie d'Atavocricetodon avec Eucricetodon. Plus généralement, la complexité des liens phylogénétiques des Cricetidae paléogènes est illustrée par les difficultés issues de la définition des sous-familles qui sont relatives à leur importante diversité taxinomique couplée à des modalités évolutives parallèles, voire partagées avec certains Muroidea actuels, tels les Spalacidae

  • Titre traduit

    Origin, evolution and diversification of cricetid rodents during the Paleogene in the Holarctic area: contribution of Oligocene faunas of Ulantatal (Inner Mongolia, China)


  • Résumé

    Cricetid rodents belong to the Muroidea superfamily, the most diversified group of mammals. Paleogene cricetids could represent their stem group. These could have an Asian origin during the middle Eocene. Regarding dental characters, the gradual loss of the P4 and the development of the anterocone on M1 represent key improvements which distinguish them from Dipodoidea, their sister group. Cricetids diversified around the Eocene-Oligocene boundary by the emergence of most of their subfamilies in Asia, North America and also Europe which coincide with the “Grande Coupure”. Their poorly known evolution in Asia during the Oligocene period has been considerably improved by the study of faunas from the Ulantatal area, located in Inner Mongolia (China). These forms inhabited open environments dominated by arid and cold climate conditions. Given that some taxa were present in Pakistan, Minor Asia and Europe as well as in Ulantatal, these cricetids also witness faunal migrations through the peri-tethysien pathway. Asian eucricetodontines which are the most flourishing Paleogene subfamily, display more advanced characters than contemporaneous european forms. As a consequence, they appear closer to Neogene cricetids according to dental morphology and incisor enamel microstructure. This method of investigation also permits to better understand the inter-generic relationships, especially the issue of Atavocricetodon integrated here in Eucricetodon. More generally, the complexity of the phylogenetic links of paleogene cricetids is shown by the difficulties of defining subfamilies in relation to their important taxonomic diversity coupled with parallel evolution. This one could also be shared with some current Muroidea, such as Spalacidae

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (316 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 165-184. Annexes

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TS 2009.MON-90
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.