Evaluation de l'aléa sismique pour les villes de Téhéran, Tabriz et Zandjan dans le NW de l'Iran en utilisant une approche basée sur la morphotectonique et la paléosismologie

par Shahryar Solaymani Azad

Thèse de doctorat en Structure et évolution de la Terre et des autres planètes

Sous la direction de Hervé Philip et de Jean-François Ritz.

Soutenue en 2009

à Montpellier 2 .


  • Résumé

    La faille de Mosha est une des grandes failles actives dans le sud de l'Alborz Central. Cette faille de 190 kilomètres de long et orientée N110 ° E est décrite comme étant la source de plusieurs tremblements de terre historiques et se caractérise par une signature morphologiques remarquable. Située à seulement 12 km au nord-est de la capitale Téhéran (15 millions d'habitants), la faille de Mosha représente une source potentielle de violent tremblement de terre. Afin de mieux évaluer l'aléa sismique associé à la faille de Mosha, nous avons procédé à une étude morphotectonique et paléoseismologique, en nous concentrant sur l'est et la partie centrale de la faille (entre la vallée de Tar à l'est et la région de Lavasanat à l'ouest), où sont observées des preuves claires d'une activité récente. Le nord-ouest de l'Iran se caractérise par un fort niveau de sismicité historique et une densité de population élevée. Afin de mieux évaluer l'aléa sismique dans le nord-ouest Iran, nous avons concentré nos études sur deux régions (Tabriz et Zandjan). Dans la région de Tabriz, douze tremblements de terre historiques destructeurs ont été enregistrés depuis 858 AD. La plupart d'entre eux ont été associés à la faille Nord Tabriz. Le dernier événement a eu lieu en 1721 AD sur le segment SE de la faille (à l'ouest de Bostanabad) et a affecté fortement la ville de Tabriz (population actuelle de plus de 1. 200000). Tout au long de ce segment, nous avons observé dans la morphologie de nombreux témoignages de glissement latéral dextre. Nous avons effectué et exploité quatre tranchées. Les premiers résultats montrent que, depuis 33,5 K années, ce segment de faille a connu au moins quatre grands (M = 7. 2-7. 4) événements sismiques, y compris le dernier en 1721. Selon les mesure GPS des mouvements interseismiques (Masson et al. , 2006; Vernant et al. , 2006), long-terme de taux de glissement de la faille nord-Tabriz pourrait atteindre 5-6 mm / an. D'autre part, des études paleoseismologiques (Hessami et al. , 2003 et la présente étude) montrent une différence importante concernant le comportement sismique de la faille entre les segments NW et SE. Sur la base des résultats des études mentionnées, le temps de récurrence des grands événements sismiques est plus court sur le segment NW de la faille que sur le segment SE. Cette observation pourrait indiquer que la faille a un taux de glissement qui diminue entre le secteur NW et SE. Selon les catalogues de sismicité historique, la région de Zandjan peut être considérée comme une lacune sismique, même si des magnitudes modérées (M <5. 5) ont été enregistrées au cours du siècle dernier. Sur la base de modèles numériques de terrain (MNT), d'images satellites et de photos aériennes ainsi que les observations de terrain, nous avons mis en évidence un important réseau de failles actives. Il est principalement constitué par plusieurs failles décrochantes et inverses. Cette zone de failles peut être subdivisée en trois parties affectant Zandjan (510000 habitants). Basée sur les caractéristiques géométriques (longueur,pendage, segmentation. . . ) et la cinématique, la faille de Zandjan peut produire des séismes modérés à forts et engendrer de graves dommages dans les zones avoisinantes. L'étude de ces failles est donc d'un intérêt majeur pour l'évaluation des risques sismiques dans la province de Zandjan dont la population totale dépasse 1,5 millions d'habitants, mais aussi pour mieux comprendre la géodynamique actuelle du NW de l'Iran

  • Titre traduit

    Seismic hazard assessement for Tehran, Tabriz and Zandjan cities (NW Iran) based on morphotectonical and paleoseismological approaches


  • Résumé

    The Mosha fault is one of the major active faults in the southern Central Alborz between Longitudes E 50° 45' and E 52° 30'. This 190 kilometres long, N110°E trending fault is described as the source of several strong historical earthquakes, and is characterized by an outstanding morphological signature. Situated for its closest part, just 12 km at the north-eastern vicinity of the Tehran capital (15 million peoples with suburbs areas), the Mosha fault represents a potential source for strong earthquake that would certainly damage the Iranian metropolis. In order to better assess the seismic hazard associated to the Mosha fault, we carried out a morphotectonics and paleoseismological study, that we focused on the eastern and central parts of the fault (between Tar valley in the east and Lavasanat region in the west), where are observed clear evidences of a recent activity. The northwest of Iran is characterized by high level of historical seismicity and population density. To better evaluate the seismic hazard in NW Iran, we focused our studies on two regions (Tabriz and Zandjan). In the Tabriz region, twelve destructive historical earthquakes have been recorded since 858 AD. , most of them were associated to the North Tabriz strike slip Fault. On the SE segment of the fault (west of Bostanabad) the last macroseismic event occurred in 1721 AD and hit strongly the Tabriz city (present population more than 1200000). Along this segment, we observed in the morphology many evidences of nearly pure right lateral strike slip movements and we dug four trenches. The first results show that since 33. 5 K years this place experienced at least four major (M=7. 2-7. 4) seismic events including the last one in 1721. According to interseismic measurements (Masson et al. , 2006; Vernant et al. , 2006), long-term slip rate of the North Tabriz Fault could reach 5-6 mm/y. On the other hand, paleoseismological studies (Hessami et al. , 2003 and the present study) show an important difference concerning fault seismic behaviour between NW and SE segments. Based on the results of mentioned studies; the amount of large seismic events along NW segment of the fault is significantly greater than along the SE segment. This observation could indicate that fault slip rate along the Tabriz fault decreases from NW to SE. According to historical seismicity catalogues, the Zandjan region can be considered as a seismic gap even if a few low (M<5. 5) magnitude earthquakes have been recorded in the last century. Based on Digital Elevation Models (DEMs), satellite images and aerial photo interpretations together with detailed field investigations, we have discovered a major active fault network. It is mainly constituted by several thrust faults with right lateral slip components trending NW-SE to N-S and it can be divided into three major fault zones affecting Zandjan city (present day population over 510000) and part of the Zandjan-Mianeh basin more to the west. Based on fault geometrical characteristics (fault length,. . . ) and kinematics, Zandjan fault system can produce moderate to large earthquakes and serious damages in surrounding areas. The study of these faults is, then, of major interest for seismic hazard assessment in Zandjan province where total population exceed 1. 5 million but also to better understand present day geodynamic of NW Iran

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (149 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 144-149. Annexes

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TS 2009.MON-41
  • Bibliothèque : Université de Montpellier. Bibliothèque Géosciences.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : THE SOL

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Sciences de la Terre Recherche - cartothèque - CADIST.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 09 MON2 0041
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.