Influence de la récupération sur la fatigue à court terme : applications à une activité intermittente : le rugby

par Aurélie Jougla

Thèse de doctorat en Sciences et techniques des activités physiques et sportives

Sous la direction de Jean-Paul Micallef.


  • Résumé

    Le rugby à XV appartient à la catégorie des sports multi-sprints de nature intermittente (alternance temps de travail / temps de récupération). La performance dans ce type de sport est complexe en raison de l‟interaction entre les facteurs techniques, tactiques, psychologiques et physiologiques. La capacité à récupérer et reproduire des efforts de puissance maximale sur des actions successives (sprints, sauts, mêlées, luttes) au cours d‟un match, après des périodes de récupération ou d‟activité de faible intensité de courte durée (30 secondes), constitue un déterminant important pour l‟issue du match. A travers ce travail de thèse, nous avons cherché à déterminer l‟influence de la récupération (durée, mode) sur la fatigue à court et moyen terme dans une activité intermittente telle que le rugby. Ainsi, nos objectifs étaient 1) de déterminer les effets de deux intervalles de récupération sur le développement de la puissance maximale au cours d‟un entraînement à la charge optimale pendant un mouvement de développé couché et de demi-squat, 2) de mesurer les effets du mode de récupération (active vs. Passive) sur la performance au cours d‟un protocole d‟efforts répétés spécifique du rugby avant et après un match de rugby de 30 minutes. Nos résultats montrent qu‟un entraînement de musculation mené à la charge optimale nécessaire au développement de la puissance musculaire maximale, induit des gains de puissance maximale en développé couché quelque soit la longueur de l‟intervalle de récupération entre les séries : trois minutes (travail de puissance classique) vs. 30 secondes (endurance de puissance). Quant aux effets du mode de récupération sur la performance et la fatigue au cours d‟efforts répétés, avant et après un match de rugby de 30 minutes, nos résultats révèlent que la récupération passive induit de meilleures performances et réduit davantage la fatigue que la récupération active. La récupération passive est donc conseillée au cours du match pour limiter l‟apparition de la fatigue induite par la répétition d‟efforts intenses. En conclusion, si ces nouveaux résultats offrent une meilleure connaissance des effets de la récupération (durée, mode) sur la capacité à répéter des efforts et à réduire la fatigue, de nombreuses questions scientifiques restent à vérifier


  • Résumé

    Rugby union is a multiple sprint sport, intermittent in nature (alternation work / recovery). Performance in this sport is complicated because of the interaction between the technical, tactical, psychological, and physiological factors. The ability to perform and to recover maximum efforts in consecutive actions (sprints, jumps, scrums, fights) during a match, after brief periods of rest or of moderate and low intensity activity (30 seconds), may be an important aspect of competition. In this thesis, we sought to determine the influence of recovery (duration, mode) on fatigue at short and middle-term. Thus, the aims of this work were 1) to determine the effects determine the effects of two rest intervals on the development of maximum power output in bench press and half-squat during a training at the optimal training load, 2) to measure the effects of recovery mode (active vs. Passive recovery) on performance in rugby players using a specific rugby repeated efforts protocol, before and after a rugby match of 30 minutes. Ours results show that a training at the optimal load to develop maximum power output, induces gains in maximum power output in bench press whatever the length of rest between the sets: three minutes (power training) vs. 30 seconds (power endurance training). As to the effects of recovery mode on performance and fatigue during repeated efforts, before and after a rugby match of 30 minutes, ours results indicate that passive recovery induces better performance, and reduces more fatigue than active recovery. Passive recovery is recommended to limit the development of fatigue due to the repetition of intense efforts during the match. In conclusion, if these new results offer a better knowledge of the effects of recovery (duration, mode) on the ability to repeat efforts and to reduce fatigue, many questions from scientific point of view remain to check

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (125 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 108-125 (170 réf.)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Médecine-Unité pédagogique médicale.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TX 2009.MON-2
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section des sciences et techniques des activités physiques et sportives.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TX 2009.MON-2
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Médecine.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TX 2009.MON-2
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.