Les ursidés au naturel et au figuré pendant la préhistoire

par Elena Man-Estier

Thèse de doctorat en Préhistoire

Sous la direction de Denis Vialou.

Le président du jury était Randall Keith White.

Le jury était composé de Denis Vialou, Patrick Paillet, Marylène Patou-Mathis.

Les rapporteurs étaient Jean-Michel Geneste, César González Sainz.


  • Résumé

    Rarement figuré dans le bestiaire paléolithique, l’ours n’en est pas moins l’un des animaux les plus proches de l’homme, par son physique, son éthologie et sa stature. Au-delà d’un nécessaire inventaire des représentations d’ours de l’art du Paléolithique supérieur, notre recherche s’inscrit dans l’approche naturaliste des animaux figurés dans l’art préhistorique développée au Muséum national d’Histoire naturelle. Dans ce cadre nous avons étudié et analysé près de deux cent représentations dans l’art pariétal et mobilier provenant de toute l’Europe. Nous les avons aussi mises en comparaison avec des représentations de l’animal issues des arts rupestres de l’Holocène (Asie, Europe du Nord, Amérique du Nord). Ce travail a permis de mettre en lumière de grandes convergences, parfois à travers le temps et l’espace. Elles portent notamment sur les « clés d’identification », que nous avons définies. La massivité, la rondeur du corps de l’animal, la forme de sa tête et de ses oreilles permettent de le déterminer. Nous nous sommes également intéressés au réalisme des représentations ainsi qu’à leur contexte thématique, topographique et archéologique. Plus généralement, nous nous sommes interrogés sur la valeur allégorique susceptible d’être portée par l’image. Nous considérons que certaines représentations d’ours ont pu acquérir une portée symbolique importante mais rien en l’état de notre recherche ne permet d’attester d’un rôle cultuel ou culturel particulier de l’ours dans les cultures du Paléolithique supérieur.


  • Résumé

    Rarely represented in the Paleolithic pictures, bears are yet one of the animal most similar to humans, because of their anatomy, ethology and stature. Beyond the requisite inventory of Upper Paleolithic bear representations, our work fits in the animalistic and naturalistic approach to the study of animals in prehistoric art, particularly developed for the National Museum of Natural History, France. For this we have studied and analyzed about 200 figures of rock art and portable art from all Europe. We also have made comparisons with rock art from Holocene times (from Asia, Northern Europe and U. S. A. ). This work conducted to find broad outlines of similarities, sometimes through time and space. They bear « identification keys », that we have determined as a mean to identify the animal: massivity, roundness, head and ear shapes. We have also been interested in the realism of the representations as well as their thematic, topographic and archeological context. More generally, we have wondered about the allegoric value possibly carried by the image. We now consider that some bear images may have carried such a sense but nothing can testimony of a specific spiritual or cultural role of the bear in the human cultures from Upper Paleolithic.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (801 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 785-796

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 2009 -- 29
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.