Figures et figuration de l'Intelligence dans le roman français des années trente

par Manuel Galea

Thèse de doctorat en Langues, littératures et civilisations

Sous la direction de Jean-Michel Wittmann.

Le président du jury était Jacques Poirier.

Le jury était composé de Olivier Dard, Reynald Lahanque.


  • Résumé

    A partir d’un corpus exemplaire, ce travail vise à saisir l’élément poétique fondamental du roman français des années Trente, défini comme le genre dominant de l’époque : la volonté de « révolution spirituelle », fondée sur une poétique de la catastrophe. Une telle poétique doit être conçue comme la traduction littéraire d’un mouvement intellectuel général visant à dépasser le discrédit jeté contre la démocratie libérale, système organisationnel hérité des Lumières. A la suite des jeunes intellectuels non-conformistes, les auteurs étudiés attaquent l’Intelligence Bourgeoise – système dominant de normes et valeurs hyper-rationalistes – qui isole, divise et mutile les individus, à force d’abstraction stérile. Pervertie par les élites, l’Intelligence devient une force de dissociation menaçant la cohésion sociale. En réaction à l’excès de rationalisme délétère, un mouvement anti-intellectualiste se développe dont l’enjeu est la définition d’une nouvelle architecture conceptuelle – Intelligence Simple – capable de régénérer l’individu et de restaurer le lien social. Ce projet de nature éthique s’impose comme la norme littéraire dominante et commande le retour à l’engagement des écrivains. Que les romanciers marqués à gauche ou à droite envisagent la crise de l’Intelligence française comme une faillite de la démocratie libérale ou comme une décadence de la nation, au-delà des sensibilités idéologiques et politiques respectives, la poétique de la catastrophe réunit sur son programme l’ensemble des romanciers de la période

  • Titre traduit

    Characters and representations of Intelligence in the 1930s french novel


  • Résumé

    Based on an exemplary selection of works, this study’s goal is to capture the fundamental poetic element in the 1930s French novel, defined as the dominant genre of the time : the desire for a “spiritual revolution”, based on the poetic dimension of disaster. This poetic dimension should be considered the literary translation of a general intellectual movement, aimed at overcoming the discredit cast upon liberal democracy, an organizational system inherited from Enlightenment. In the wake of young non-conformist intellectuals, the authors studied attack Rational Intelligence – a dominant system of ultranationalist norms and values – which isolates, divides, and disfigures individuals through sterile abstraction. Perverted by the elites, Intelligence becomes a divisive force threatening social coherence. As a reaction to this excess of harmful rationalism, an anti-intellectual movement developed, devoted to defining a new conceptual architecture – Intuitive Intelligence – capable of reviving the individual and restoring social bonds. This ethical project stands out as the dominant literary norm, compelling writers to once more become involved. The novelists, whether leaning to the right or the left, may consider the French Intelligence crisis to be a failure of liberal democracy or as the result of national decadence, but above and beyond those respective ideological and political sensibilities, the poetics of disaster encompass all novelists of the time

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Informations

  • Détails : 1 vol. (413 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 377-413

Où se trouve cette thèse ?