Formes et sens de l'univers graphique en maternelle : études de cas et enjeux didactiques

par Mireille Gachet-Delaborde (Gachet)

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Le président du jury était Élisabeth Nonnon.

Le jury était composé de Claudine Garcia-Debanc, Élisabeth Bautier.


  • Résumé

    L’enjeu de la recherche est d’analyser les usages scolaires des objets écrits que conçoivent et réalisent les enseignants de dernière année de maternelle pour familiariser les élèves au « monde de l’écrit ». Les formes les plus fréquentes peuvent être collectives telles que des affiches, des listes d’élèves, des séries de mots utilisés dans des activités ritualisées, ou individuelles telles que des étiquettes comportant diverses unités de la langue : lettre, syllabe, mot, groupe de mots. L’analyse des supports écrits intègre leur description et le relevé des schèmes langagiers et gestuels qu’ils permettent. Globalement, une surface écrite comprend des signes alphabétiques qui renvoient au langage et une organisation spatiale qui recourt à des techniques visuelles muettes. Les éléments de l’organisation spatiale sont des constituants signifiants de l’écrit dont J. Goody (1979) a étudié la capacité heuristique. Nous montrons que l’école maternelle fait un grand usage des objets écrits pour enseigner et pour organiser la vie de la classe. Nous constatons que des élèves ont des difficultés de lecture dues à une naturalisation (Chevallard : 1982) chez les enseignants des techniques visuelles muettes. Les enseignants présupposent que les savoirs utiles pour lire ne concernent que les signes alphabétiques et négligent d’expliquer ce qui concerne la surface où s’organise l’écrit. Nous préconisons un apprentissage dirigé des procédés muets qui veille à les nommer et à en observer les fonctions

  • Titre traduit

    Forms and meanings of graphic universe in kindergarten : case studies and didactics issues


  • Résumé

    The purpose of this research is the analysis of the use, at school, of the written items conceived by teachers in the last year of kindergarten (children aged 4 to 5) in order to familiarise children with « the world of writing ». The most common form can be collective ones, such as posters, lists of pupils’ names, of series of words used in ritualized activities, or individual ones, such as tags reading various units of language: letter, syllable, word, group of words. Analysing written material means describing it and to taking down the schemes of body language that they give. On the whole, a written surface is composed of alphabetical signs related to language, and a spatial organization using silent visual techniques. The elements of the spatial organization are meaningful constituents of writing, whose heuristic capacity was studied by J. Goody (1979). We will show that, in kindergarten, many written items are used to teaching and organize the class life. We can establish that pupils have reading difficulties due to the naturalization (Chevallard : 1982) by their teachers of the silent visual techniques. Teachers assume that the useful knowledge pupils need to learn to read is related to the alphabetical signs only ; as a consequence, they do not explain how writing is spatially organized. We recommend a guided learning process of those silent practices, which would be named and whose functions would be clearly explained

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la documentation et de l'édition. Bibliothèques Metz et Moselle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.