Les objets dans le théâtre de Jean Giraudoux : une esthétique du décalage et de la dissonance

par Françoise Bombard

Thèse de doctorat en Littérature française contemporaine

Sous la direction de Guy Lavorel.

Soutenue en 2009

à Lyon 3 .


  • Résumé

    Dresser face au pouvoir des mots celui des objets dans le théâtre de Jean Giraudoux : ce défi appelle une démarche nouvelle, inspirée de l’histoire des arts. A partir de la fin du dix-neuvième siècle, la production d’objets en série modifie le rapport des hommes et des artistes aux objets ; la mécanisation suscite enthousiasme ou réticences. Replacer cette œuvre dans ce contexte paraît la meilleure approche du traitement de l’objet. La gageure de cette thèse consiste à prouver que les objets sont au cœur de la création théâtrale giralducienne. Il est donc nécessaire d’étudier la présence des objets dans le tissu textuel. Occurrences, caractérisations, personnification des objets et réification des personnages, tout prouve le sens du concret et conduit à repenser la relation du sujet et de l’objet. « Théâtre littéraire » et souci de passer la rampe vont de pair. Les choix dramaturgiques de Giraudoux se situent entre représentation mimétique et déréalisation : le statut spatio-temporel des objets établit de nouvelles conventions et propose des significations originales alors que subsiste la notion de personnage. La richesse des fonctions dramatiques dévolues aux objets contribue à l’efficacité théâtrale. Théâtre novateur donc qui place les objets au centre de sa dramaturgie. Définir une poétique de l’objet giralducien suppose de prendre en compte les débats d’idées concrétisés par des objets autant que le caractère ludique de cette œuvre dans laquelle gravité et désinvolture ne sont pas incompatibles avec un imaginaire fécond de l’objet et avec « la poésie du détail ». Le théâtre de Jean Giraudoux s’offre donc à nous dans sa richesse et sa complexité.

  • Titre traduit

    The objects in Jean Giraudoux’s theatre : an aesthetic of shift and dissonance


  • Résumé

    Power of words is equalled by that of the objects in Jean Giraudoux’s theatre : this bet require a new approach inspired by the history of arts. From the end of nineteenth century mass production transformed the relationship between man, especially artists, and objects ; mechanization was greeted with enthousiam or reticences. Resituate this work in this context seems the best way in order to trait the objects. The challenge of this thesis consists in establishing that objects lie at the heart of Giraudoux’s theatrical creation. So it become necessary to trace the presence of objects in the text itself. Occurrences, caracterisations, personnification of the objects and reification of the characters, all this reveals a really sense of the concrete and lead us to examine the relationship between subject and object in depth. « Literary theatre » is compatible with the way for plays to get across. Giraudoux’dramatic choices raise between mimetic representation and derealisation : the spatio-temporal functionning of the objects creates new conventions and propose original meanings, but the character exists always. Rich variety of dramatic functions assigned to the objects are responsable for the theatrical efficiency of these theatre. Consequently, an innovating theatre which places objects in the centre of his play-writing. To define the poetics of Giraudoux’s object we should attach importance to intellectual debats which are materialized as well as objects are utilized playfully : seriousness and frivolity are not incompatible with a fertile and imaginative use of objects and a poetic use of detail. Giraudoux’s theatre offers its richness and complexity.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (797 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 735-782

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Jean Moulin. Bibliothèques universitaires.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.