La succession des cadres expatriés par des cadres locaux : cas des filiales tunisiennes de multinationales européennes

par Belkis Boussetta-Kechida

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Alain Roger et de Zeineb Ben Ammar Mamlouk.

Soutenue en 2009

à Lyon 3 .


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    Succession of expatriate executives by local ones : cases of Tunisian subsidiaries of European multinationals


  • Résumé

    La gestion des cadres à l’échelle internationale a fait l’objet de plusieurs recherches durant la dernière décade. Dans ce cadre, il y a eu beaucoup de travaux sur l’expatriation dans le domaine de la gestion internationale des ressources humaines. L’évolution des politiques de gestion du personnel international, les difficultés liées à l’expatriation, ainsi que l’existence et l’accroissement des compétences requises sur le marché de travail tunisien sont les principaux facteurs ayant motivé les multinationales à remplacer leurs cadres expatriés par des cadres locaux dans leurs filiales tunisiennes. Cette étude est un essai de compréhension de ces successions, afin d’en présenter les déterminants de réussite. Plusieurs approches théoriques ont été mobilisées à cette fin. La succession est considérée comme un processus de changement au niveau des ressources humaines dans l’entreprise. De ce fait, l’approche contextualiste était la première que nous avons mobilisée. Nous avons insisté sur les trois dimensions de la succession: le contexte, le contenu et le processus, tout en mettant en relief le lien entre ces trois pôles par les modèles : incrémental, contingent et politique. Ce dernier nous mène vers l’analyse stratégique par les acteurs du processus de succession, rappelant à son tour l’approche psychanalytique qui met en exergue l’effet des perceptions des acteurs sur le vécu et le déroulement de la succession. Ces remplacements sont notamment abordés en tant que recrutements et transitions de carrières des successeurs dont l’intégration constitue l’indicateur de réussite. Nous avons choisi de mener la partie empirique de notre travail dans les filiales tunisiennes de multinationales européennes. Ces dernières sont de quatre nationalités différentes et opèrent dans divers secteurs d’activité : trois françaises dont deux dans la commutation et une dans la grande distribution ; deux allemandes dans le câblage électrique ; une suisse-allemande dans ce même secteur et enfin une italienne dans le secteur pétrolier. Nous adoptons une posture constructiviste, dans la mesure où notre objectif est de comprendre les situations de succession des cadres expatriés par des cadres locaux, qui constituent un thème de recherche très peu, voire non exploré. Une méthodologie qualitative par étude de cas multiples nous a semblé la plus appropriée à notre recherche. L’entretien a été notre principal outil de collecte des données. Pour 11 cas de successions dans 7 filiales, nous avons mené en totalité 63 entretiens avec les acteurs des successions, à savoir : les successeurs, leurs pairs, leurs supérieurs, leurs subordonnés et les responsables fonctionnels de la filiale, principalement, les DRH. Nous avons fait une analyse de contenu des données colligées à partir de laquelle, nous avons élaboré une première étude intra-cas qui nous a permis de dresser des diagrammes causaux. Enfin, une analyse inter-cas basée sur le rapprochement entre les différentes situations, nous a permis de dégager les facteurs favorisant la réussite d’une succession d’un cadre expatrié par un cadre local, à savoir : les critères de choix du successeur, la préparation à la succession, ainsi que les efforts collectifs, individuels et organisationnels d’ajustement pendant et après la succession.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (493 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 467-486

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Jean Moulin. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.