Tombeaux et épitaphes de Lyonnaise : contribution à l'étude de la romanisation des pratiques funéraires dans les provinces gauloises sous le Haut Empire

par Nicolas Laubry

Thèse de doctorat en Lettres et civilisations antiques

Sous la direction de François Bérard.

Soutenue en 2009

à Lyon 3 .


  • Résumé

    Les tombeaux et les épitaphes sont des sources essentielles pour la connaissance de la société gauloise sous le Haut Empire. Ils sont la trace de pratiques et de discours relatifs aux morts qui traduisent, souvent indirectement, les dynamiques et les formes d’organisation d’une communauté. Cette étude vise ainsi à mettre en évidence certains aspects de cette idéologie funéraire dans le but d’éclairer les processus qui sous tendent les phénomènes de changements culturels désignés utilement par la notion de romanisation. Elle privilégie une approche reposant sur une comparaison contrastive avec les régions voisines de la province de Lyonnaise, qui a été choisie comme cadre géographique par la diversité des situations qu’elle présente à cette époque. Les monuments sont d’abord envisagés d’un point de vue archéologique et typologique afin de dégager la répartition des principales formes (mausolées, autels, stèles et sarcophages) ainsi que les modalités de leur adoption, de leur diffusion et de leurs évolutions. L’analyse se concentre ensuite sur le culte des morts et le régime juridique des tombeaux en Gaule à travers l’examen du contenu et du formulaire des inscriptions. Elle aborde en dernier lieu les pratiques et les formes de commémoration, en s’intéressant aux acteurs (famille, proches, ou collèges) puis aux modalités de représentation en contexte funéraire pour proposer quelques hypothèses sur la signification de l’adoption de ces pratiques par certaines franges de la société de Lyonnaise.

  • Titre traduit

    Tombs and epitaphs in gallia lugdunensis : contribution to the study of the funerary practices in the gallic provinces and their romanisation during the empire


  • Résumé

    Tombs and epitaphs bring essential evidence to improve our knowledge of the Gallic society under the Roman Empire. They are traces of practices and discourses related to the dead, expressing, often in an indirect way, the dynamisms and the formal structures of a community. Therefore, this study aims at understanding some aspects of the funerary ideology in order to shed light on the processes underlying the cultural changes conveniently termed as Romanisation. It is mainly based on comparison with the neighbouring regions of the province of Gallia Lugdunensis, which has been chosen as geographical setting because of its diversity in this time. The monuments are first considered from an archaeological and typological point of view, which not only reveals how the main forms – mausoleums, altars, steles and sarcophaguses – are distributed across those regions, but also how they were adopted, diffused, and how they evolved. The analysis then focuses on the cult of the dead and sepulchral law in Gaul by examining the content and the formulas of the inscribed material. Finally, the study tackles the practices and forms of commemoration, with a particular emphasis on the actors (family or collegia) and the modes of representation in funerary context, which leads to suggest some hypotheses on the meaning that can be given to the adoption of these practices by some parts of the society in Gallia Lugdunensis.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (853-LXX p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.787-833

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Jean Moulin. Bibliothèques universitaires.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.