Les écrivains dominés du jeu littéraire : définition de l’espace d’investissement et rapports aux enjeux littéraires

par Géraldine Bois

Thèse de doctorat en Sociologie et anthropologie

Sous la direction de Bernard Lahire.

Le président du jury était Roger Chartier.

Le jury était composé de Vincent Dubois, Marie Buscatto, Yves Grafmeyer, Jean-Claude Passeron.


  • Résumé

    Notre recherche porte sur des écrivains très peu reconnus de Rhône-Alpes (i.e. publiés chez de petits éditeurs régionaux sans légitimité littéraire, à compte d’auteur ou en autoédition). Elle s’attache à décrire et à expliquer leur investissement dans les différentes dimensions de l’activité littéraire (l’écriture, la publication, les activités publiques, etc.). Elle repose principalement sur une enquête par questionnaires auprès de 503 écrivains, répartis en plusieurs degrés de reconnaissance (les « très peu reconnus » forment une sous-population de 163 enquêtés), et sur des entretiens approfondis avec 31 auteurs très peu reconnus. À partir de l’objectivation de leurs modes d’existence littéraire (lieux d’édition et de visibilité, genres publiés, etc.), de leurs ressources extra-littéraires (position et origines sociales, niveau de diplôme, etc.), et de leurs niveaux de compétences et d’ambitions littéraires, notre analyse montre dans un premier temps que ces auteurs ne sont pas des « amateurs » évoluant dans un espace différent de celui des « professionnels », mais des membres dominés du jeu littéraire, au même titre (mais pas au même niveau) que les écrivains reconnus. Elle s’intéresse ensuite à la pluralité des degrés et des formes de leurs investissements dans cinq types d’enjeux littéraires différents, et elle met au jour des variations intra-individuelles en fonction des types d’enjeux considérés. Parce que l’engagement des enquêtés révèle des degrés de reconnaissance et de connaissance des manières légitimes de jouer au jeu littéraire, notre travail est aussi l’occasion d’une réflexion sur les rapports que des acteurs dominés entretiennent à la domination.

  • Titre traduit

    The dominated writers in the literary game : definition of the space of investment and relations to literary stakes


  • Résumé

    Our research is about Rhône-Alpes writers with low recognition (i.e. published by little regional publishing houses without literary legitimacy, with the author’s financial participation, or privately printed). It aims to describe and to explain their investment in the different dimensions of literary activity (writing, publishing, public activities, etc.). It is based mainly on a survey by questionnaires answered by 503 writers, analysed in their various degrees of recognition (those with “low recognition” form a subpopulation of 163 respondants), and on in-depth interviews with 31 authors with low recognition. From the objectivation of their literary ways of existing (places of publishing and of visibility, published genres, etc.), of their extra-literary resources (social position and origins, level of qualification, etc.), and of theirs levels of literary competences and ambitions, our analysis shows that these authors are not “amateurs” playing in a space different from the “professional” one, but dominated members of the literary game, in the same way (but not at the same level) as the recognized writers. Then, it focuses on the plurality of degrees and forms of their investments in five kinds of literary stakes, and it uncovers intra-individual variations according to the kinds of stakes which are studied. Given that the investigated authors’ involvement reveals degrees of recognition and knowledge of legitimate ways of playing the literary game, our work is also an opportunity to rethink the relations that dominated actors have with domination.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.