D’une anthropologie partagée à une anthropologie partageable : documentaires halieutiques et pêche artisanale au lac Atitlán (Guatemala)

par Mouloud Boukala

Thèse de doctorat en Sociologie et anthropologie

Sous la direction de François Laplantine.

Le président du jury était Patrick Deshayes.

Le jury était composé de Odile Journet-Diallo, Francine Saillant, Jacques Gerstenkorn, Thierry Roche.


  • Résumé

    La présente étude s’intéresse, dans une perspective anthropologique, à lier acteurs et chercheurs à la gestion halieutique d’une ressource dont la visibilité économique et sociale est en pleine expansion. L’observation et l’analyse de la pêche artisanale telle qu’elle est pratiquée par les Indiens Tzutuj’iil au lac Atitlán (Guatemala) constitue une activité clef où se donne à voir la configuration croisée des subjectivités et du collectif, un lieu privilégié où se tissent des filets de relations entre les pêcheurs, entre les pêcheurs et le lac, entre les pêcheurs et le chercheur. En vue d’apprécier ce qui est en train de se passer collectivement, des relations ont été élaborées entre les champs cinématographiques et anthropologiques. Cette recherche mène conjointement une approche sensible - le cinéma - et une approche sociale et culturelle en vue de rendre compte des liens empreints de contingence et non univoques entre les représentations collectives et les pratiques. À l’inverse d’une anthropologie partagée où prime le nom d’un réalisateur, ce travail suscite une anthropologie partageable au sein de laquelle le pluriel, ce mode grammatical de la relativité, s’avère propice à une science du divers. Ainsi, à partir d’une scène halieutique où se déploient des gestes traditionnels, cette recherche privilégie grâce aux nouvelles technologies les rapports sociaux sous un angle interactif. Elle s’inscrit dans le cadre d’une recherche participative et promeut une « ethnographie en réseau » où les maillages sont représentatifs de la manière dont les acteurs se rattachent les uns aux autres de manière horizontale.

  • Titre traduit

    From a shared anthropology to a shareable anthropology : halieutic documentaries and small-scale fishing on the lake Atitlán (Guatemala)


  • Résumé

    Summary: the present study is concerned, in an anthropological perspective, with connecting actors and researchers to the halieutic management of a resource of which the economic and social visibility is rapidly growing.The observation and the analysis of the small-scale fishing such as it is practised by the Indians Tzutuj' iil on the lake Atitlán (Guatemala) constitutes a key activity in which the crossed configuration of the subjectivity and the collective appears, a privileged environment where relations nets are woven between the fishermen, between the fishermen and the lake, between the fishermen and the researcher.To appreciate what is taking place collectively; links were set up between cinematographic and anthropological fields. This research leads jointly a sensitive approach - the cinema - and a social and cultural approach to report links stamped with contingency and not unequivocal between the collective representations and the practices. Contrary to a shared anthropology where the name of a director predominates, this work creates a shareable anthropology within which the plural, this grammatical mode of the relativity, turns out to be convenient for a science of the diversity. So, from a halieutic stage where traditional movements are unfold, this study favours, thanks to new technologies, the social connections under an interactive angle. It is part of the structure of a participative research and promotes “an ethnography in network” where meshing are representative of the way the actors are connected with one another in a horizontal way.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.