N.o.w. : national Organization for Women et la presse écrite aux États-Unis de 1966 à 1982

par Sandra Dufour

Thèse de doctorat en Etudes anglophones

Sous la direction de Claudette Fillard.

Soutenue le 05-12-2009

à Lyon 2 , dans le cadre de École doctorale Lettres, langues, linguistique et arts (Lyon) .

Le président du jury était Claudine Raynaud.

Le jury était composé de Donna Andréolle, Georges-Claude Guilbert.


  • Résumé

    Aux États-Unis, si le mouvement féministe ne s’est jamais vraiment éteint après l’obtention du droit de vote des Américaines en 1920, la création de N.O.W (National Organization for Women) en 1966 lui a redonné de la vigueur en inaugurant en même temps le début du féminisme de la deuxième vague.Pour N.O.W, les principaux quotidiens et hebdomadaires du pays étaient un outil servant leurs propres intérêts. L’organisation tenta d’engager des réformes, d’agir directement sur la presse afin d’améliorer sa propre représentation, de légitimer son existence et d’être prise au sérieux. La première partie sera consacrée à la manière dont N.O.W s’est appropriée les outils du journalisme dans le but d’apparaître dans la presse et de diffuser ses revendications. Dans la deuxième partie, une analyse de la manière dont les événements féministes marquants des années 1970 ont été couverts par la presse nous amènera à réfléchir à l’impact de cette représentation sur l’opinion publique et l’image de l’organisation. La troisième partie s’intéressera à la manière dont N.O.W a exercé son influence sur la presse écrite, tout d’abord directement, c’est-à-dire en organisant des actions dans le but d’améliorer l’image des femmes et des féministes, tout en permettant d’augmenter le nombre de femmes à des postes clés dans les quotidiens et les hebdomadaires ; et indirectement, son existence et sa visibilité ayant un impact sur les femmes en général et certaines organisations féministes. La relation entre N.O.W et Ms. sera également abordée, la question sous-jacente étant de savoir si la création de Ms. devait être ressentie comme un échec de N.O.W à traiter avec la principale presse du pays, ou bien comme un échec de la presse américaine à fournir l’information au public. À travers l’étude de la relation que N.O.W a instaurée et entretenue avec la presse, l’enjeu sera de savoir si elle a représenté un outil efficace et fiable pour N.O.W tout au long des années 1970.

  • Titre traduit

    N.o.w. : national Organization for Women and the press in the United States from 1966 to 1982


  • Résumé

    In the United States, although the feminist movement has not died after women got the right to vote in 1920, it was invigorated by the birth of N.O.W (National Organization for Women) in 1966 which also marked the beginning of what is known as the second wave of feminism.To N.O.W’s feminists; the main dailies and weeklies of the country embodied a tool serving their own interests, as they tried to set up several reforms, to influence the press so as to legitimize their existence, to be credible and to control their image. In a first part, we will see how N.O.W got familiar with the journalism’s tools in order to be in the newspapers and to spread their claims. In a second part, the question at stake will be to know how the main feminist events of the 1970s were covered by the press, and think of the impact of this coverage on public opinion and on the organization’s image. The last part will deal with the way N.O.W influenced the press, both directly, by setting up actions in order to improve the image of women and feminists, by increasing the number of executive women in newspapers and magazines; then indirectly, thanks to N.O.W’s existence and visibility which had an impact on women as a whole and on feminist organizations more specifically. N.O.W’s relationship with Ms. will be tackled as well, the underlying question will be to know whether Ms.’s birth had to be considered as N.O.W’s failure to deal with the mainstream press or as the press’s failure to provide the information to the public.Analyzing N.O.W’s relationship with the country’s dailies and weeklies, the mains take will be to know whether the mainstream press has been considered as an efficient and reliable tool by N.O.W over the 1970s.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.