L’image de l’Orient chez quelques écrivains français (Lamartine, Nerval, Barrès, Benoit) : naissance, évolution et déclin d'un mythe orientaliste de l'ère coloniale

par Mouna Alsaid

Thèse de doctorat en Littérature française

Sous la direction de Jean-Pierre Martin.

Soutenue le 13-11-2009

à Lyon 2 , dans le cadre de École doctorale Lettres, langues, linguistique et arts (Lyon) , en partenariat avec Passages XX-XXI (laboratoire) .

Le président du jury était Michel Collomb.

Le jury était composé de Jérôme Roger, Bruno Gelas.


  • Résumé

    Notre étude porte sur le concept de l’image de l’autre. C’est cette problématique de l’autre, étranger, extérieur, lointain, représenté par l’homme oriental dans son espace naturel, que nous allons tenter d’analyser sous différent angles et à travers les œuvres de Lamartine, Nerval, Maurice Barrès et Pierre Benoit. Les œuvres que nous avons à étudier se détachent comme des fragments d’une longue histoire, celle qui a liée les deux parties du globe, qu’il est convenu d’appeler Orient et Occident ; ce sont des pièces d’un vaste puzzle. Chacun des écrivains dont nous étudierons le récit de voyage ou le roman oriental, parcourt l’Orient et le Levant quoique à des années à distance. Dans le cadre de notre recherche, nous avons choisi de délimiter un corpus d’étude plus restreint en combinant deux traits distinctifs: l’époque : c’est la période romantisme à la première moitié du XIXe siècle, et la période colonialiste à la première moitié du XXe siècle. Le lieu du voyage: c’est l’Orient et en particulier le Moyen Orient. A la croisée de ces critères se sont trouvées réunies quatre œuvres qui composent notre champ d’étude définitif : - Lamartine, Alphonse de, Souvenir, Impressions, Pensées et Paysages pendant un Voyage en Orient ou Notes d’un voyageur, 1835, Œuvres complètes, Tome VI, VII, VIII, Paris, Charles Gosselin, Furne et Cie éditeurs, 1861. - Nerval, Gérard de, Voyage en Orient, 1855.- Barrès, Maurice : • Une Enquête aux pays du Levant, Paris, Plon, 1923, 2 vol.• Un Jardin sur l’Oronte, Paris, Plon, 1922, 160 p.- Benoit, Pierre, La châtelaine du Liban, Paris, Albin Michel, 1924. Dès lors pourquoi ce choix ? Une idée essentielle est à la base de cette sélection: pendant tout le dix neuvième siècle, l’Orient, en particulier le Moyen Orient, a été un des buts de voyage et un des thèmes littéraires favoris des européennes. Chaque écrivain crée en somme l’Orient de ses propres connaissances et de ses rêves. Nous verrons que les romantiques ont à l’égard de l’Orient deux attitudes, l’une de méditations et l’autre de recherche du pittoresque. Mais le romantisme prend fin à la fin du XIXe siècle, progressivement et avec le déclin du romantisme, la quête orientale perd de son ardeur. En même temps, le mot Orient et le mythe qui s’y rattachent s’évanouissent. De ce fait, l’Orient va devenir le terrain de la conquête et de la concurrence coloniale. Au seuil de cette étude, il nous a paru nécessaire de jeter un coup d’œil sur l’état des connaissances orientales acquises pendant les siècles précédents par suite de l’activité des diplomates, des missionnaires, un rappel diachronique aura soin de fixer les visages de l’Orient au cours des siècles. Cette mise au point commence par une perspective générale sur les relations Orient/Occident à travers l’Histoire pour se poursuivre avec une présentation des écrivains choisis et de leurs voyages insérée dans l’Histoire plus particulières des pays qu’ils parcourent. La deuxième partie, consacrée à Lamartine et à Nerval, met en évidence le rôle charnière que jouent ceux-ci dans l’évolution des récits de voyage en Orient, au XIX siècle. Ce mouvement d’ouverture se manifeste de manière exemplaire chez Lamartine. L’auteur de Voyage en Orient 1835, quant à lui, fait tous ses efforts pour établir des passerelles entre les différentes cultures, en effet Lamartine ne manque pas une occasion de mettre en parallèle l’Orient et l’Occident. Il lui appartient de mettre en scène une rencontre harmonieuse entre deux mondes conçus comme différents mais complémentaires. Son Voyage en Orient amorce un mouvement vers l’autre que prolongera le Voyage en Orient de Nerval, où le voyageur apparaît aussi comme un être cherchant à se dépouiller de ses habits européens pour se mouvoir librement dans la société orientale. Dans la troisième partie, nous verrons que cette représentation essentiellement euphorique de l'Orient romantique s'oppose la vision du XXe siècle qui met en évidence L’Orient non romantisme et l’exotisme colonial dès le lendemain de la Première Guerre mondiale. L’Orient des années 20 est la référence commune qui assure l’homogénéité de cette partie. Cette période d’expansion coloniale, qui a marqué l’histoire Orient/Occident, est analysée à travers certaines ouvres de Pierre Benoit et Maurice Barrès. On va voir de quelle manière chacun d’eux « Barrès et Benoit » traduit-il son époque dans la compréhension de l’autre? En quoi, surtout, leurs pensées respectives sont-elles fondatrices d’un nouveau regard sur l’Orient? En fin du compte, le dessin oriental de XIXe siècle diffère donc profondément de celui de XXe siècle, aussi bien dans le but que dans le moyen. Cette rapide esquisse de ma démarche et de ses étapes successives donne une première idée de l’esprit qui anime ce travail, et qui fait son intérêt.

  • Titre traduit

    The Image of the Orient with some French writers (Lamartine, Nerval, Barrès, Benoit) : birth, evolution, and decline of an orientalist myth of the colonial era


  • Résumé

    Our study focuses on the concept of “the image of the other” we will try to analyze the problematic of the other: stranger, exterior and distant which are represented in the oriental man in his natural surrounding – this analysis will be tackled in many different angles through the works of Lamartine, Gerard de Nerval, Mauris Barrès and Pierre Benoit.The works we want to study are fragments and pieces of a vast puzzle of a long history that connected two parts of the globe, the Orient and the West.We will study the oriental novels and voyage recitals of each author that traveled the Middle East and the Levant, even though their ravels were in different years.In the frame of our study, we chose a certain course of study that stresse two distinguished traits: the first one is the time, the romantic era in the first half of the XIXthe century, and the colonial era in the first half of the XXthe century. The second trait is the place of travels which focuses on the Orient and particularly the Middle East. In the concurrence of the two criterias, we found four works that will be the field of study of our definitive study:- Lamartine, Alphonse de, Souvenir, Impressions, Pensées et Paysages pendant un Voyage en Orient ou Notes d’un voyageur, 1835, Œuvres complètes, Tome VI, VII, VIII, Paris, Charles Gosselin, Furne et Cie éditeurs, 1861.- Nerval, Gérard de, Voyage en Orient, 1855.- Barrès, Maurice :• Une Enquête aux pays du Levant, Paris, Plon, 1923, 2 vol.• Un Jardin sur l’Oronte, Paris, Plon, 1922, 160 p.- Benoit, Pierre, La châtelaine du Liban, Paris, Albin Michel, 1924.In the beginning of this study, it’s necessary to shed the light on the oriental knowledge gained through precedent centuries which will be studied through the activities of the diplomats and the missionaries, and there will be a chronological review which will fixate on the images of the Orient through the centuries.The second part of the study, concentrating on Lamartine and Nerval, Sheds the light on the role played by Lamartine and Nerval (those two authors) in the development of journey recital in the Orient in the XIXthe century.The movement of overtures is manifested in an ideal manner by Lamartine who is the author of Voyage en Orient 1835. He put his effort to establish a bridge between the different cultures. In fact, Lamartine didn’t overlook any occasion to parallel the Orient and the West. It was appropriate for him to picture a harmonious encounter between two worlds regarded as different, but who, in fact, are complimentary. A movement towards the other spurted from his book Voyage en Orient and was prolonged in Nerval’s book Voyage en Orient where the traveler disguises as an Arab to move freely in an oriental society.In the third part of this study, we will see that the essentially euphoric representation of the romantic Orient opposed the vision of the XXthe century that pictured he Orient as non-romantic but an exotic colonial from the dawn of the First world war.In the twenties of the twentieth century, the Orient was the common reference that assures the ambiguity of this part of the world. This period of colonial expansion which marks the Orient/West history is analyzed in many books by Barrès and Benoit. We will see, in any way, how each of those writers “Barrès and Benoit” reflected his period by the comprehension of the other. Ad also, how their thoughts were the founder of a new vision of the Orient.This short brief of my journey and its successive steps gives the prime idea for the spirit hat animates this work and shows its benefit.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.