La Recréation poétique de l’espace dans les romans de Julien Gracq

par Tagrid Abood

Thèse de doctorat en Lettres et arts

Sous la direction de Michel P. Schmitt.

Soutenue le 16-10-2009

à Lyon 2 , dans le cadre de École doctorale Lettres, langues, linguistique et arts (Lyon) , en partenariat avec Passages XX-XXI (laboratoire) .

Le président du jury était Pierre Masson.

Le jury était composé de Jean-Pol Madou, Bruno Gelas.


  • Résumé

    L’espace et ses multiples figures occupent une bonne partie des écrits romanesques de Julien Gracq. Cependant la description n’évoque pas un monde réel : elle est une création pure de l’imagination. Les techniques poétiques utilisées concourent à l’invention d’un monde imaginaire, tandis que l’évocation de tout événement réel est supprimée de l’œuvre. Le lecteur est toujours placé devant la même évidence: la narration est exclusivement réservée à la description spatiale. Celle-ci n’est plus qu’un simple « moment douloureux » interrompant l’action ou retardant le fil narratif, mais un moment crucial qui reprend les actes du récit à travers les multiples signes annonciateurs. Elle entre en concurrence avec la narration traditionnelle en devenant un procédé fondamental de la représentation dans la fiction. La création spatiale chez Julien Gracq consiste à créer un lieu imaginaire d’après un autre, c’est-à-dire, à reprendre les éléments essentiels de ce dernier pour les représenter de manière différente. Le château noir, par exemple, est un prototype de la recréation de l’espace. En effet, le romancier s’inspire souvent d’un modèle déjà fait. Par ailleurs, cette écriture gracquienne ne parle pas uniquement de l’espace, mais elle s’accomplit également dans l’étendue blanche que constitue la page. Celle-ci apparaît comme le terrain propice à l’émergence des écrits des autres. Elle est une initiation de voyage dans l’espace de l’autre. C’est pour cela que l’écriture de l’espace de Gracq est dite hétérogène, car elle est faite d’éléments variants entre le littéraire et le non littéraire. Son texte est considéré comme une mosaïque de citations, de transformations et d’absorptions de textes étrangers.

  • Titre traduit

    The poetic Re-creation of space in Julien Gracq's novels


  • Résumé

    Space and its multiple aspects occupy a big part in Julien Gracq's novels. However the given description does not call to a real world. It is a pure creation of the imagination. The used poetic techniques contribute to the invention of an imaginary world, whereas the evocation of any real event is deleted by the work. The reader is always in front of the same evidence: the major part of narration is the spatial description. This spatial narration is not only a simple useless pause that interrupts the action and delays the narrative thread, but it is a way in itself to tell the acts of story through the significant signs. In other words, these pauses become a technique of story telling, unlike what was known in traditional narrative fiction. The spatial creation is, to the author, a recreation of an imaginary place according to the other one, i.e. in using the essential elements of this last one and to represent them in a different way. The black castle, for example, is a prototype of the re-creation of the space. Indeed, the novelist is often inspired by an already made model. Moreover, the gracquienne writing is not only about space, but uses also the blank area of the pages. This latter turns out to become a place to hold the writings of others. It is an initiation to the journey in the space of the others. That’s why Gracq’s space writing is said to be heterogeneous; it is made by elements that shift between literature and non literature. His text is considered to be as a mosaic of quotation, transformation and absorption of foreign texts.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.