L’effet de distinctivité dans les tâches implicites et explicites de mémoire : une explication en termes d’intégration multimodale

par Ali Mehmet Oker

Thèse de doctorat en Psychologie. Psychopathologie et psychologie cliniques

Sous la direction de Rémy Versace.

Soutenue le 29-06-2009

à Lyon 2 , dans le cadre de Neurosciences sensorielles, comportement et cognition , Lyon , en partenariat avec Laboratoire d'Etude des Mecanismes Cognitifs (laboratoire) .

Le président du jury était Olivier Koenig.

Le jury était composé de Stéphane Rousset.

Les rapporteurs étaient Denis Brouillet, Bernard N'Kaoua.


  • Résumé

    Le travail de recherche présenté dans cette thèse considère la mémoire humaine comme un système unique et non abstractif qui reflète l’ensemble de nos expériences sous forme de traces épisodiques multimodales. Les objectifs de cette thèse sont multiples, mais le principal est de montrer qu’un effet robuste de la mémoire, l’effet de distinctivité, peut émerger aussi bien dans les tâches implicites que dans les tâches explicites et que cet effet s’expliquerait en termes de mécanismes spécifiques (activation et intégration multimodales) et non pas en termes de systèmes mnésiques sous-jacents.Trois séries d’expériences ont été élaborées. Dans une première série, nous avons manipulé l’information contextuelle extrinsèque associée à ces concepts. Une tâche de catégorisation nous a permis de démontrer que l’effet de distinctivité pouvait se manifester avec une tâche implicite de mémoire.Dans une deuxième série d’expériences, nous avons manipulé la distance entre des images à catégoriser dans une phase d’encodage. Ainsi, les images apparaissaient soit plus éloignées les unes des autres, soit plus proches. Suite à une récupération implicite, nous avons mis en évidence que notre hypothèse de distinctivité spatiale était validée, c’est-à-dire que les items spatialement plus distinct lors de l’encodage sont associés à des performances supérieures en phase test.Dans la troisième série d’expériences, nous avons mis en évidence que lesperformances liées à l’effet de distinctivité dans les tâches implicites et explicites de mémoire variaient selon différents niveaux d’intégration des dimensions sensorielles. Cette idée a été testée en rappel libre, en décision lexicale et en reconnaissance.Au final, nos résultats expérimentaux suggèrent que les performances issuesdes tâches implicites et explicites peuvent être expliquées au sein du même système mnésique unique. Ainsi, les processus d’intégration seraient à l’origine de ce phénomène.

  • Titre traduit

    Distinctiveness effect in implicit and explicit memory tasks : An explication in terms of multimodal integration


  • Résumé

    The series of research presented in this thesis considers human memory as a single and non-abstractive system which reflects all of our experiments in an episodical multimodal traces form. Objectives of this thesis are multiple, but the main issue is to show that the distinctiveness effect, a well known phenomenon of memory, can emerge in implicit memory tasks as well as in explicit memory tasks and this effect can be explained in specific terms of mechanisms (activation and multimodal integration) and not in terms of subjacent memory systems.Three series of experiments were elaborated. In the first series, we used an extrinsic contextual information associated to concepts. A categorization task permitted us to show that distinctiveness effect can appear within an implicit memory task.In the second series of experiments, we manipulated the distance between images to be categorized in an encoding phase. Thus, images presented were either more distant to each other, or more closer. Following an implicit retrieval, we highlighted that spatial distinctiveness hypothesis was validated. This means that spatially more distinct items during the encoding phase are associated to higher retrieval performances in the test phase.In the third series of experiments, we showed that performances related to distinctiveness effect in implicit and explicit memory tasks varied according to various levels of sensory dimension integration. This postulate was tested with free recall, lexical decision and recognition tasks.Finally, our experimental results suggest that performances from implicit and explicit memory tasks can be explained within the same single memory system. Thus, the integration process would be at the origin of this phenomenon.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.