Les violences conjugales : étude comparative entre Liban, France et Canada

par Roula Nasr

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Annik Houel et de Raja Makki.

Soutenue le 09-06-2009

à Lyon 2 en cotutelle avec l'Université libanaise , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'éducation, psychologie, information et communication (Lyon) , en partenariat avec Groupe de recherche en psychologie sociale (laboratoire) .

Le président du jury était Geneviève Vinsonneau.

Le jury était composé de Jean-Pierre Durif-Varembont.


  • Résumé

    Si certaines formes de violence sont aujourd'hui l'objet de toutes les attentions, d'autres comme la violence conjugale, restent tues, considérées trop souvent comme un problème privé. La violence masculine constitue une véritable atteinte aux droits fondamentaux: droit à la liberté et à la sécurité notamment. La violence conjugale, quelle que soit sa forme, présente des constantes. Ainsi ce type de violence existe dans les sociétés orientales et occidentales mais le contexte diffère. Si les violences conjugales dans les sociétés orientales notamment celle libanaise reflètent le patriarcat, la reproduction sociale et l’héritage familial et que les lois et les codes civiles favorisent le statut de l’homme, celles qui existent dans les sociétés occidentales sont reliées aux affects psychologiques, aux dissociations familiales et aux problèmes familiaux. Dans tous les pays du Moyen-Orient, comme au Liban, les femmes ne bénéficient pas pleinement de leur citoyenneté civile. Elles sont notamment spoliées de droits, privilèges et garanties de sécurité auxquelles elles devraient avoir accès. Des lois inéquitables, des constitutions discriminatoires et des préjugés culturels, qui ne les reconnaissent pas comme des citoyennes égales, entravent leur participation à la vie politique et limitent leur sécurité en matière économique, de mobilité et de protection sociale. A la différence du contexte occidental, comme en France et au Canada, où l’individu est l’unité de base de l’Etat, c’est la famille qui forme la base des Etats arabes.On tente donc de confirmer que la violence conjugale comme toutes sortes de violence, elle s’échappe à toutes nominations sociales, elle existe dans toutes les sociétés et les régions même les plus favorisées d’entre elles et elle est présente chez toutes les catégories sociales.Une approche interculturelle de ce phénomène s’avère donc nécessaire, des facteurs comme religion et migration demeurent être parfois déclenchant ou légitimant d’un tel type de violence. L’analyse psycho-sociale de plusieurs études de cas de violences conjugales ne peut que dévoiler le latent, le caché des hommes violents et des femmes violentées.

  • Titre traduit

    Conjugal violence : comparative study between Lebanon, France and Canada


  • Résumé

    If some forms of silence are today the center of attention, other forms such as conjugal violence remain unrevealed and are often considered as private problems. Men violence is affecting fundamental rights in particular the right of liberty and security. Conjugal violence, whatever its forms are, presents some constants. This type of violence is found in oriental and occidental societies but the context differs. If conjugal violence in oriental societies particularly in Lebanon reflects the patriarchy and the social reproduction and the family inheritance, it also shows that the law and the civil codes are in favor of men. The conjugal violence existing in the occidental societies are related to psychological affects and family separations and family problems. In all Middle – Eastern countries like Lebanon, women do not benefit completely from their civil citizenship. They are despoiled of rights, and privileges and security guarantee that they should have access to. Inequitable laws, discriminatory constitutions and cultural prejudice that doesn’t take the woman as an equal citizen, hinder their participation in politics and limit to the women’s economic security going from mobility to social welfare. Unlike the occidental context where the individual unites the base of the country like in France and Canada, family constitutes the base of Arab countries.They tend to confirm that conjugal violence like any form of violence escapes from any social nominations. This violence exists in all societies and even in the most favored regions. And it also exists in all social categories.A cross-cultural approach of this phenomenon is necessary. Factors such as religion or migration launch or justify such type of violence. Psychosocial analysis of several studies made about conjugal violence unveil the latent and the hidden secrets of violent men and abused women.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.