Les espaces fluvio-urbains rhodaniens à l’aval de Lyon : vienne, Valence, Avignon, Tarascon, Beaucaire et Arles : des territoires à la dérive ?

par Emmanuelle Delahaye

Thèse de doctorat en Géographie, aménagement et urbanisme

Sous la direction de Jean-Paul Bravard.

Soutenue le 23-01-2009

à Lyon 2 , dans le cadre de Economie, Espace et Modélisation des Comportements , en partenariat avec Environnement, Ville, Societes (IRG) (laboratoire) .

Le jury était composé de Paul Boino, Richard Laganier, Mireille Lippmann-Provansal, Nacima Baron-Yellès, Luc Levasseur, Anne-Laure Soleilhavoup.


  • Résumé

    Dans le contexte international de requalification des fronts d’eau urbains amorcé dans les années 1960, les espaces fluvio-urbains rhodaniens apparaissent comme singuliers. Malgré le discours des édiles locaux et un potentiel urbanistique certain, les rives urbanisées du Rhône à l’aval de Lyon ne font pas l’objet d’aménagements contemporains d’envergure. Le patrimoine urbain des rives rhodaniennes est figé ou délaissé, jusqu’à tomber parfois en déshérence. Cet immobilisme rivulaire reflète le paradoxe rhodanien de l'atonie de villes installées sur les rives d’un fleuve majestueux et profondément aménagé. Il démontre aussi que la reconquête des waterfronts n’est pas un processus systématique ni universel.La marginalisation de ces rives s’explique par la conjonction de facteurs relevant à la fois de l’hydrosystème et du sociosystème. L’hydrologie rhodanienne agit comme une contrainte sur les espaces fluvio-urbains qui sont aussi pénalisés par les dysfonctionnements d’un jeu d’acteurs lacunaire et par la pesanteur des infrastructures routières installées sur les berges. Ces éléments s’insèrent dans un cadre administratif et réglementaire complexe qui est une entrave supplémentaire à la recomposition des rives urbaines. Les faiblesses de la gestion de ces espaces s’accompagnent d’un défaut de prise en charge du risque d’inondation : les villes peinent à adopter des politiques de prévention en raison de la variabilité spécifique du risque rhodanien et de l’inertie propre au système des acteurs urbains. Cependant, le risque, en devenant objet politique, s’affirme comme un élément moteur participant à l’aménagement global du territoire rhodanien. La mise en place du « Plan Rhône », projet intégré de développement durable visant la gestion concertée du risque à l’échelle du bassin, constitue le point de départ d’un renouvellement territorial. Les villes en sont encore pour l’instant tenues à l’écart.

  • Titre traduit

    Urban riverspaces along the Rhône river downstream Lyon : are Vienne, Valence, Avignon, Tarascon, Beaucaire and Arles territories left to drift ?


  • Résumé

    The urban river spaces in the lower Rhône valley are a special case in the international waterfront redevelopment process that began during the sixties. There has been no significant restructuring of Rhône riverfronts downstream of Lyon in spite of their urbanistic potential and the wishes expressed by some local authorities. The urban heritage of the Rhône riverbanks is ossified or neglected and sometimes completely abandoned. This lack of action concerning the waterfronts reflects the paradoxical situation concerning the Rhône valley: a combination of inert towns and an imposing river that has been highly developed. It also shows that waterfront redevelopment is neither a systematic nor a universal process.The marginalization of these river-banks is due to factors related to both the hydrosystem and the social system. The hydrology of the river acts as a constraint on urban planning, and the Rhône riverfronts also suffer from problems caused by deficiencies in the various bodies involved and from the heavy road infrastructures built on the river-banks. A complex administrative and legislative framework further hampers the urban redevelopment of the river spaces.Poor management of these riverfront spaces combines with failures in flood risk policies. Cities struggle to apply safety politics because the Rhône presents a specific and changing risk and because of the passivity of the urban actors. However, as the risk has become a political issue, it has turned out to be a driving force behind the development of the Rhône riverbank area. An integrated sustainable development project named “Plan Rhône” aims at coordinating risk management in the whole of the river basin, and is the first step in territorial renewal. The towns are not yet involved in this project.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.