Supervielle, des premiers recueils à Débarcadères : quête et conquête d’une écriture poétique

par Claude-Renée Girard (Taravel)

Thèse de doctorat en Lettres et arts

Sous la direction de Jean-Yves Debreuille.

Soutenue le 22-01-2009

à Lyon 2 , dans le cadre de École doctorale Lettres, langues, linguistique et arts (Lyon) , en partenariat avec Passages XX-XXI (laboratoire) .

Le jury était composé de Catherine Mayaux, Daniel Lançon.


  • Résumé

    Cette étude s’attache aux premières œuvres que publie Supervielle pour y déceler l’émergence progressive d’une écriture personnelle.Supervielle offre l’exemple assez rare d’un poète dont la vocation est précoce et l’épanouissement tardif : il n’a guère que dix-sept ans quand il publie, en 1901, son premier recueil, Brumes du passé. Or cette publication, loin d’être l’annonce d’une maturation rapide, ouvre une longue période, pendant laquelle Supervielle publie peu et d’une façon espacée. Neuf ans s’écoulent avant que paraisse Comme des voiliers. Il en faudra neuf autres pour que viennent Les Poèmes de l’humour triste, suivis peu de temps après, il est vrai, de Poèmes. A l’exception d’une dizaine de textes des Poèmes de l’humour triste et d’un autre de Poèmes, Supervielle ne retiendra rien, plus tard, de ces publications. Débarcadères semble marquer la fin de cette période pour en annoncer une autre. Confirmant l’accélération annoncée par Poèmes, le recueil paraît trois ans plus tard. C’est la première œuvre dont Supervielle autorisera la réimpression. Désormais, il n’en reniera plus aucune. Il reste qu’entre Brumes du passé et l’étape décisive de Débarcadères, en 1922, plus de vingt ans se sont écoulés. Ces années de tâtonnements sont significatives . D’œuvre en œuvre, les traits s’esquissent, disparaissent ou se travestissent , pour réapparaître ensuite et s’organiser. Au terme de cette quête patiente apparaît dans Débarcadères un univers dont la cohérence se construit entre le normal et l’insolite, l’être et le non être. Il naît d’une écriture qui a trouvé sa spécificité entre classicisme et transgressions, ombres et clartés.

  • Titre traduit

    Supervielle from his first collections to Débarcadères : quest and conquest of a poetic writing


  • Résumé

    Discovering how a personal way of writing has gradually expressed itself, this is what this study of Supervielle’s first publications is about.Supervielle offers the rare example of a poet whose talent has early appeared but took a long time to blossom after. He was just seventeen years old when Brumes du passé, his first poem collection, was released. This publication did not announce a quick talent maturation. It has opened a long period of time where Supervielle published just a few writings. Nine years had to be waited for Comme des voiliers ‘s release. Nine extra years will be needed for the publication of Poèmes de l’humour tritste, which will be promptly followed by Poèmes’s.Later, Supervielle will not keep anything from these first publications but a dozen from Poèmes de l’humour triste and another one from Poèmes.Débarcadères appears as a caesura between this period of time and a new one. In effect this collection was released three years later, confirming the production increase that was announced by Poèmes. This is also the first work that Supervielle will accept to be reprinted. He will not deny any of these poems henceforth. Nevertheless he will have taken more than twenty long years between Brumes du passé and Débarcadères‘s decisive step. These are significant years of trials and errors.Work after work, literary features appear, disappear or change, then reappear, organized at last. At the end of this long quest appears in Débarcadères a world whose consistency lies between normal and unusual, being and non being. It comes from a way of writing whose specificity relies on classicism and transgressions, darkness and brightness.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.