Rotation mentale et motricité : approche développementale, genre et transfert

par Nady El Hoyek

Thèse de doctorat en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives

Sous la direction de Aymeric Guillot et de Patrick Fargier.

Le président du jury était Michel Develay.

Le jury était composé de Claude-Alain Hauert, Christian Collet.

Les rapporteurs étaient Michel-Ange Amorim, Yannick Blandin.


  • Résumé

    La rotation mentale (RM) est la capacité à faire tourner mentalement l’image d’un objet en 2 ou en 3 dimensions. C’est une forme d’imagerie mentale qui nécessite des transformations visuo-spatiales. Au regard de sa nature dynamique, la RM se trouve à l’interface entre imagerie mentale et imagerie motrice. Le transfert de RM, ainsi que ses liens avec les processus moteurs, restent à ce jour controversés. Les résultats de ce travail montrent qu’un entraînement spécifique à la RM améliore la performance aux tests de RM, tel que celui de Vandenberg et Kuse (VMRT). Suite à cet entraînement, les différences de genre sont atténuées. Un transfert vers l’apprentissage de l’anatomie a également été observé, attestant de l’existence de micro-compétences, ou micro-expertises, communes entre RM et apprentissage de l’anatomie. Les résultats montrent que ce transfert s’opère aussi dans l’autre sens, de l’apprentissage de l’anatomie vers la perception spatiale d’un mouvement sportif. Dans le même ordre d’idée, chez les enfants, la RM partagerait des micro-expertises avec la motricité lorsque celle-ci intègre des roulades, des changements de directions ou des sauts. L’ensemble des résultats expérimentaux met en évidence qu’un programme d’entraînement spécifique visant l’amélioration de la capacité de RM peut donc se transférer vers l’acquisition de connaissances en anatomie, la motricité, ainsi que le développement moteur de l’enfant. L’émergence de la différence de genre en RM et en imagerie motrice, quant à elle, varie selon les tests utilisés. Pour le VMRT, elle serait effective à partir de l’âge de 9 ans. De nouvelles recherches sur la chronométrie mentale permettront sans doute de déterminer l’émergence de cette différence de genre au regard de la précision de l’imagerie motrice

  • Titre traduit

    Mental rotation and motor skill : developmental approach, gender and transfer


  • Résumé

    Mental rotation (MR) is the ability to rotate the mental image of a 2D or 3D object. The relationship between MR and motor processes, as well as the transfer of MR, is still debated in the literature. The present results provided evidence that a specific MR training might contribute to enhance the MR ability, and the performance on the MR tests such as the Vandenberg and Kuse MR test (VMRT). Interestingly, gender differences were attenuated following training. A transfer was further observed on human anatomy learning. MR training and human anatomy learning are therefore hypothesized to share similar micro-competences. Our results also showed a transfer from anatomy learning to the spatial perception of a motor skill. Finally, MR has been found to share some micro-competences with motor performance requiring performing a forward roll, changing of directions and jumping. Hence, MR would be useful for the motor performance itself. Altogether, our results provided evidence that a specific MR training can be transferred to the human anatomy learning process, motor performance, as well as to child motor development. While the emergence of gender differences in MR might depend on the test used, such difference would be effective at 9 years of age for the VMRT. So far, future research remains necessary to determine in greater details the emergence of motor imagery accuracy in regards to its temporal aspects

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard. Service commun de la documentation. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.