La Chambre des comptes de Lille de 1386 à 1419 : essor, organisation et fonctionnement d'une institution princière

par Jean-Baptiste Santamaria

Thèse de doctorat en Histoire médiévale

Sous la direction de Bertrand Schnerb.

Soutenue en 2009

à Lille 3 .


  • Résumé

    La fondation d'une Chambre des comptes à Lille par Philippe le Hardi en 1386 fut l'un des outils principaux d'intégration des Pays-Bas méridionaux à l'Etat bourguignon naissant. Prolongeant les pratiques administratives propres à la Flandre et de l'Artois, l'institution nouvellement créée s'inspira aussi des usages monarchiques, ce dont témoignent ses méthodes de travail comme l'origine de ses officiers. Dans le cadre d'un Etat princier bipolaire largement tourné vers le royaume, l'institution lilloise s'inséra dans un réseau de Chambres regroupant Paris, Dijon, Lille et bientôt Bruxelles dans un échange de données et de compétences. Submergée de travail avec plus de 200 comptes à contrôler annuellement, la Chambre étatit considérée comme indispensable par les ducs de Bourgogne pour sa capacité à traiter une information puisée dans son réseau de correspondants et les archives comptables et diplomatiques. Elle parvint, notamment sous Jean sans Peur, à élargir son périmètre d'intervention par l'accroissement de son ressort et la captation du contrôle de compétences stratégiques comme ceux des receveurs des aides royales ou des officiers centraux des finances ducales. La Chambre sut également établir une autorité de plus en plus solide sur le domaine et les monnaies, et gagna le statut de cour de justice reconnue par le Parlement, gardienne de l'autorité des ducs, elle ne cessa de rappeler le droit tout en exaltant la puissance de la grâce princière. Mais si elle se hissa jusqu'au seuil du pouvoir central par le biais du conseil au prince et parfois du maniement et de l'ordonnancement des finances, elle ne put cependant jamais s'assurer le contrôle réel de l'administration financière

  • Titre traduit

    ˜The œChamber of accounts of Lille (1386-1419) : rise, organization and functioning of a princely institution


  • Résumé

    In 1386, Philippe the Bold founded a Chamber of accounts in Lille, one of the main devices for the integration of the southern Low-Countries into the emerging Burgundian state. Faithful to the legacy of the Flanders and Artois administrations in its procedures, the newly created institution was also influenced by the Monarchy, a fact to which both its work methods and the origin of its officers bear witness. Within the frame of a bipolar princely state looking towards France, the institution was part of a network of Chambers (Paris, Dijon, Lille and soon Brussels) who exchanged data and competences. With more than 200 accounts to control every year, the institution was overwhelmed with work, but is was considered essentially by the Dukes of Burgundy for its ability to treat information obtained through a good network of correspondants and from accountancy and diplomatic archives. The Chamber managed, under John The Fearless especially, to broaden its field of action by increasing the domains of its competence and taking hold of strategic accounts like those of the royal receiver of aids or the ducal receiver of all finances. The Chamber also succeeded in establishing firm authority on land and currencies and acquired the status of a court of Justice recognized by Parliament. Sanctuary to the Dukes' authority, it was the voice of law enforcement but also celebrated the Prince's magnanimity. The Chamber, in its role as a counsel to the Prince and in sometimes managing his finances, arrived at the threshold of power ; it could never, however, fully control the financial administration

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2012 par Brepols à Turhout

La Chambre des comptes de Lille de 1386 à 1419 : essor, organisation et fonctionnement d'une institution princière


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (1325 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 933-957Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 50.377-2009-6-1
  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 50.377-2009-6-2
  • Bibliothèque : Université Charles de Gaulle. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 50.377-2009-6-3
  • Bibliothèque : Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 1017-1
  • Bibliothèque : Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 1017-2
  • Bibliothèque : Institut de recherches historiques du Septentrion. Bibliothèque.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 1017-3
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2012 par Brepols à Turhout

Informations

  • Sous le titre : La Chambre des comptes de Lille de 1386 à 1419 : essor, organisation et fonctionnement d'une institution princière
  • Dans la collection : Burgundica , 20
  • Détails : 1 vol. (xvii-444 p.-VI p. de pl.)
  • ISBN : 978-2-503-54080-1
  • Annexes : Bibliogr. p. 405-414. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.