Les producteurs de cannabis dans le Rif - Maroc : étude d’une activité économique à risque

par Kenza Afsahi

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Dominique Duprez et de Abdelkader Djeflat.

Soutenue le 05-05-2009

à Lille 1.


  • Résumé

    Partant du constat de l’extension des cultures de cannabis dans le Rif des années 1960 à 2003, cette thèse se propose d’appréhender les pratiques des producteurs de cannabis (hommes et femmes). Á partir de données quantitatives, d’entretiens, d’observations, d’analyses en groupe, d’images photographiques et vidéographiques, l’objectif est d’étudier leurs trajectoires, leurs motivations pécuniaires et non pécuniaires, ainsi que leurs interactions avec les autres acteurs (autorités locales et religieuses). Ces comportements sont étudiés à l’aune de deux concepts principaux : le risque et les conventions. D’une part, les producteurs prennent des risques à différents niveaux à cause de l’illégalité du produit. D’autre part, ils utilisent les conventions comme des stratégies pour minimiser les risques de leur activité. L’analyse met en relief différents types de producteurs, qui ne présentent pas les mêmes motivations, et qui sont inégaux face à la prise de risque. Parmi eux, nous appellerons « leaders » les producteurs qui se permettent d’introduire la culture de cannabis dans les villages, de convaincre d’autres acteurs au niveau familial et villageois d’y participer, et de la pérenniser. La prise en compte de différentes zones de culture (ancienne et nouvelles zones) permet de confronter nos hypothèses à des contextes variés, au sein desquels les savoir-faire, la participation des femmes, l’introduction du cannabis et sa perception, diffèrent. Cette approche nous permet d’aborder la formation du marché, la marginalisation du Rif, les apports de la culture de cannabis à la stabilité économique et politique régionale, ses inconvénients au niveau de l’économie locale, et les difficultés qu’éprouvent les politiques publiques (État marocain, communauté internationale) à y apporter des solutions viables.

  • Titre traduit

    Cannabis producers in Rif – Morocco : a high-risk business


  • Résumé

    Cannabis cultivation in Rif has extended intensively from 1960s to 2003. This PhD analyses cannabis producers’ practices (both men and women). With both quantitative and qualitative data (including photos and films), the aim is to study their trajectories, their economical and non economical motivations as well as their interactions with the other actors (local and religious authorities). These behaviors and interactions are analyzed through two core concepts : risk and conventions. On the one hand, producers take risks on many levels due to the product illegality. On the other hand, they use the conventions as strategies to minimize the risks of their activity. This research allows us to distinguish several types of producers with different motivations and risk-taking. Among others, we call “leaders” producers who introduce cannabis cultivation in villages, convince other actors to participate, and build a long-term activity. Considering the different areas of culture (old or new areas) help us to compare our hypothesis with different contexts where the know-how, the participation of women, the introduction of cannabis and its perception are not the same. This perspective allows us to address the formation of the market, the marginalization of Rif and the contributions of this cultivation to regional economical and political stability. We also show its drawbacks for local economy and the difficulties that public policies (Moroccan state and international community) face in trying to bring viable solutions.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible à partir du 05-05-2014

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.