Exploration de nouvelles voies métallurgiques ouvertes par la mise en oeuvre d'installations à cycles de recuit rapide : application aux cas des aciers bas carbone calmés aluminium

par Armand Ngansop Nanjip

Thèse de doctorat en Génie des matériaux

Sous la direction de Véronique Massardier et de Jacques Merlin.

Soutenue en 2009

à Villeurbanne, INSA .


  • Résumé

    L’objectif de la thèse était de montrer l’apport de cycles de recuit rapide réalisés avec des installations utilisant le chauffage par induction à flux transverse. A l‘aide d’une installation prototype permettant d’atteindre des vitesses de chauffage de 1000°C/s, nous avons étudié l’impact de cycles de recuit rapide sur microstructure et les propriétés mécaniques de tôles d’acier bas carbone calmé aluminium. La microstructure initiale de ces aciers étant largement gouvernée par leur température de bobinage, deux situations distinctes ont été envisagées : - celle des aciers bobinés froid dont la microstructure initiale est constituée de petits carbures de fer finement répartis dans l’acier et alignés dans la direction de laminage, - celle des aciers bobinés chaud dont la microstructure initiale est caractérisée par de gros carbures dont la répartition dans l’acier n’est pas uniforme. Dans le premier cas, nous avons montré que l’emploi de cycles de recuit intercritique à vitesse de chauffe rapide, conduisent à une fraction volumique d’austénite de 80%, permet d’affiner la microstructure et d’augmenter la résistance d’environ 10% si toutefois le refroidissement est suffisamment au-dessus de 600°C. Dans le second cas, nous avons mis en évidence que l’emploi de cycles de recuit intercritique à vitesse de chauffe rapide, conduisant à une fraction volumique d’austénite de 20%, permet d’améliorer l’emboutissage à condition d’avoir un refroidissement suffisamment lent au-dessus de 600°C. Ce type de cycle conduit à des propriétés d’emboutissage proche de celles des aciers Ultra Low Carbon. L’effet des paramètres des cycles de recuit (vitesse de chauffe, temps et température de recuit, vitesse de refroidissement) a été analysé, ce qui a permis de définir des cycles de recuit optimisé et d’en déduire les caractéristiques de futures installations. L’intérêt des cycles de recuit rapide a été démontré dans ces cas particuliers.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (254 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 250-254

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Institut national des sciences appliquées (Villeurbanne, Rhône). Service Commun de la Documentation Doc'INSA.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : C.83(3438)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.