Mobilisations collectives et construction identitaire : le cas des Antillais en France et des Portoricains aux États-Unis

par Audrey Célestine

Thèse de doctorat en Science politique. Sociologie politique et politiques publiques

Sous la direction de Denis Lacorne.

Soutenue en 2009

à Paris, Institut d'études politiques .


  • Résumé

    La France et les Etats-Unis comprennent chacun des populations migrantes venues de territoires colonisés qui n’ont pas accédé à l’indépendance. La Martinique, la Guadeloupe et Porto Rico sont quasiment les seules îles à ne pas avoir accédé à ne pas être des Etats souverains dans la région Caraïbe. Pour les deux pays, la possession de territoires outre-mer sur lesquels s’exerçaient leurs souverainetés a entraîné des acceptions différenciées de la citoyenneté. L’histoire particulière du lien entre les territoires d’origine et la métropole invite à s’intéresser à cette population. Les modalités, ensuite, de leur migration mise en œuvre dans les deux cas dans le cadre de politiques de déplacement. Enfin, les actions collectives au nom des Antillais et des Portoricains durablement installés en France aux Etats-Unis qui là aussi laissent entrevoir des enjeux comparables de définition des contours du groupe. Notre recherche soulève donc, au départ, les questions suivantes : la citoyenneté des Antillais en France et des Portoricains aux Etats-Unis est-elle de nature spécifique ? Quel rôle joue-t-elle dans les mobilisations collectives ? Dans quelle mesure nourrit-elle les dynamiques identitaires spécifiques à chacun des deux groupes ? A la croisée d’une sociologie de l’action collective et des travaux sur les identités, cette recherche interroge les niveaux macro, mezzo et micro de ces mobilisations en analysant les contextes d’accueil des migrants-citoyens dans les deux pays, la construction des « causes » en lien avec la formation d’identités collectives et les dynamiques internes de mobilisations « ethniques ».

  • Titre traduit

    Collective mobilizations and identity-building : the case of French Caribbeans in France and Puerto Ricans in the United States


  • Résumé

    Both France and the United States comprise migrants from colonized territories that still haven’t achieve independence. Martinique, Guadeloupe and Puerto Rico are among the only islands not to be sovereign states in the Caribbean region. For both countries, possessing these territories entailed various conceptions of citizenship. The specific history linking their territory to France and the United States as well as the practical details of their migrations to the mainlands make these populations interesting objects of study. The collective actions lead in the name of French Caribbeans and Puerto Ricans durably settled in the mainlands suggest that comparable identity definition processes are at stake. Thus, in this research, we seek to answer the following questions : is the citizenship of French Caribbeans in France and Puerto Ricans in the United States specific ? What role does it play in collective mobilizations processes ? To what extent does it feed identity dynamics within each group ? At the crossroad of sociology of collective action and scholarship on collective identities, this research aims at interrogating the macro, mezzo and micro levels. First, the contexts of reception of both populations are analyzed. Then, we turn to the links between claim-making processes and collective identity formation before analyzing the internal dynamics of ethnic mobilizations.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (349 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 336-349

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.