権威主義体制を近代化するチュニジア (1956-2008)Ken'i shugi taisei o kindai-ka suru chunijia (1956-2008)

par Mitsuhisa Fukutomi (福富満久)

Thèse de doctorat en Science politique. Relations internationales

Sous la direction de Bertrand Badie et de Yoshiharu Tsuboi.

  • Titre traduit

    L’autoritarisme modernisé : la Tunisie, du régime Bourguiba au régime Ben Ali (1956-2008)L’autoritarisme modernisé


  • Résumé

    Les études sur la théorie de la démocratisation des "transitologues", ne prêtant attention qu'aux actions des acteurs, aux stratégies, négligeant l'histoire sociale et économique, sont critiquables et limitées. Avec une telle dichotomie, opposant "bonne" démocratie et "mauvais" autoritarisme, il ne peut y avoir de pays qui soit vraiment démocratique tout en étant autoritaire. De même, tous les autres problèmes relatifs à une réalité en devenir ne peuvent pas être saisis dans un tel cadre théorique. Les théâtres du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord montrent pourtant que nous ne pouvons pas discuter les questions de la démocratisation sans prêter attention aux questions de dépendance de l'économie rentière, de l'histoire et des relations internationales. En Tunisie, en mettant en place un système efficace de répartition des rentes dans les différents secteurs de l’économie, le pouvoir a créé une classe moyenne favorable au régime autoritaire. Ce dernier bénéficie du soutien des États-Unis et de la France qui fournissent une assistance technique dans les domaines de l’éducation et de la culture, investissent et offrent une importante aide économique. Le pouvoir en place jouit également du soutien populaire car les gens craignent le pouvoir. Ils ne craignent pas tant l’usage actuel du pouvoir en place que l’usage arbitraire qu’il pourrait en faire. Le régime tunisien a su jouir habilement de son usage "prévisible" du pouvoir face aux inquiétudes d’un usage "imprévisible". Et c’est ainsi qu’il est parvenu à maintenir un système autoritaire durable.

  • Titre traduit

    Modernized authoritarianism : from Bourguiba to Ben Ali in Tunisia (1956-2008)


  • Résumé

    There are obvious limits to the theory of democratization focusing on the actions of political players and their strategies, as it often neglects both social and economic history. Illustrating the dichotomy between the "good" being democracy, and the "bad" being authoritarianism, this theory shows that there can be the existence of a country that is democratic while being authoritarian at the same time. However, all other problems related to such a theoretical framework are often than not considered to be a reality. The Middle East and North Africa both show that we cannot discuss issues of democratization without paying attention to matters involving the rentier economy, history and international relations. In Tunisia, by establishing an efficient distribution of rent in various sectors of the economy, the ruling power has created a middle class supporting the authoritarian regime. Also, found within the scheme is the supporting logistics provided by the United States and France, both providing technical assistance in the areas of education and culture, invest and substantial economic aid. The powers that be enjoy popular support because people fear the government. They do not fear the current use of power in place, but the arbitrary use of it that the rulers have control over. The Tunisian regime has skillfully managed to enjoy its "expected" use of power to meet the concerns of its "unpredictable" use. Thus, it can keep an authoritarian system sustainable.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (216, 160 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 203-213 (vol.1), 6 p. (vol.2)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.