Réflexions sur la conversion juive : les implications politiques et sociales du transfert identitaire dans la première moitié du 20e siècle en Europe

par Yaël Hirsch

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Astrid von Busekist.

Soutenue en 2009

à Paris, Institut d'études politiques .


  • Résumé

    L'objet de cette thèse est l'étude des mutations d'identité qu'occasionne le passage du judaïsme au christianisme au 20ème siècle en Europe. La recherches porte sur la vie et les œuvres d'une trentaine d'intellectuels juifs qui se sont convertis, ou ont été tentés de le faire, comme Henri Bergson, Simone Weil, Jean-Marie Lustiger, Max Jacob, Edith Stein, Hermann Broch, Franz Rosenzweig et Etty Hillesum. L'analyse se nourrit égaleemnt d'entretiens avec une trentaine d'enfants juifs cachés dans des familles ou institutions chrétiennes. Certains d'entre eux ont été forcés de se convertir pour survivre. L'étude de ces deux populations tend à montrer que même ceux qui sont devenus des chrétiens croyants se sentent encore juifs après leur baptême. Pourquoi ne peuvent-ils pas librement quitter l'identité juive s'ils ont la foi chrétienne? Les apostats sont des figures marginales, et dans leur manière radicale de la poser, ils apportent un nouvel éclairage à la "Question juive", c'est à dire la question de la permanence de l'identité juive, même chez des juifs qui ont cessé de suivre la loi de leurs pères. A l'aide d'outils historiques, sociologiques, psychologiques, et littéraires, l'objectif est d'interroger les trajectoires de ces convertis, pour y trouver de nouvelles manières d'aborder cette question politique classique.

  • Titre traduit

    On Jewish conversion : political and social implications of a shift in identity in the first half of the 20th century in Europe


  • Résumé

    Yaël Hirsch's work focuses on the shifting identities of European Jews who converted to Christianity in the 20th century. She studied the lives and the writings of thirty Jewish intellectuals who converted (or were tempted to convert) to Christianity. Among them : Henri Bergson, Simone Weil, Jean-Marie Lustiger, Max Jacob, Edith Stein, Hermann Broch, Franz Rosenzweig and Etty Hillesum. She also interviewed about thirty former hidden children, who were born Jewish but had to hide -and sometimes to convert to Christianity- in order to survive WWII. No matter how deep their Christian faith, all these converts still considered themselves as Jews after their baptism. Why couldn’t they leave their Jewish identity behind, if they believed in another religion ? Apostates from Judaism were not numerous in the 20th century; but their strong and marginal choice to try to change identity brings about new material on "The Jewish Question", i. E. , why Jews remain Jews, even when they don't observe the Law of their fathers anymore. With the help of History, Sociology, Psychology, and Literary critique, Yaël Hirsh is questioning the bond remaining between the converts and their original Jewish identity after baptism, in order to find new approaches to this very classical political question.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (683 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 643-683

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.