Le contrôle de gestion comme scène du gouvernement des groupes de sociétés : la place du calcul économique dans l'action organisée

par François-Régis Puyou

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Denis Segrestin.

Soutenue en 2009

à Paris, Institut d'études politiques .


  • Résumé

    La thèse étudie empiriquement au travers du fonctionnement du contrôle de gestion la question de l’état des rapports entre la propriété et le pouvoir dans les groupes de sociétés. Les exercices budgétaires et les reportings apparaissent comme des lieux d’affirmation du pouvoir des acteurs sur fond d’incertitude quant aux résultats de l’activité. Les arrangements entre maisons mères et dirigeants de filiales dépassent néanmoins la simple optimisation des performances économiques. Le traitement de l’information financière apparaît au premier rang des facteurs grâce auxquels chacun des acteurs « trouve sa place » dans la subtile division du travail qui s’opère au sein des groupes. Les maisons mères entendent par exemple se concilier la maîtrise des logiciels et des procédures de contrôle dans le but de conforter leur position comme échelon décisionnel incontournable. Les dirigeants de filiales en mesure de concentrer les ressources nécessaires à la production de leurs données financières sont quant à eux mieux à même de s’affranchir de cette tutelle. Enfin, les contrôleurs de gestion compartimentent la circulation des informations entre sociétés et privilégient les interlocuteurs qui partagent un espace de mobilité professionnelle comparable au leur. Finalement, le contrôle de gestion constitue un espace, à mi-chemin entre les instances de contrôle et de gestion, qui multiplie les opportunités d’apprentissage, via la coopération, la négociation et l’affrontement. Les jeux entre acteurs dépassent alors l’opposition suggérée par la théorie de l’agence et permettent d’appréhender le « périmètre actif » de chaque groupe à distance des repères strictement juridiques ou comptables

  • Titre traduit

    Management accounting : a stage for business group governance


  • Résumé

    The thesis deals with the relationships between property and power in business groups through an empirical analysis of management accounting practices. In a context of high uncertainty about economic performances, forecast and reporting exercises are opportunities for actors in business groups to assert their power over each others. Nevertheless, settlements between parent companies and heads of subsidiaries go beyond the mere optimization of economic appraisals. The ability to process financial information is at the core of each actor’s strategy to settle its position in the subtle division of labour that operates within business groups. Parent companies for example intend to be in control of management accounting software and guides of procedures in order to comfort their position as unavoidable parties in decision making processes. Subsidiary executives who keep control of the necessary resources to produce their own financial information are better able to escape this supervision. Lastly, management accountants do partition the circulation of information between business entities and privilege interlocutors with spheres of professional mobility similar to theirs. In brief, management accounting is a stage in-between control and management instances that multiplies opportunities for learning via cooperation, negotiation and conflicts. Our study of the games between actors goes beyond the binary opposition suggested by agency theory and allows us to grasp the actual perimeter of business groups aloof from the mere legal and accounting markers.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (265 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 242-253

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.