Echange et obligation : vers une théorie générale de la promesse ?

par Neil Martin

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Gil Delannoi.

Soutenue en 2009

à Paris, Institut d'études politiques .


  • Résumé

    La promesse illustre un paradoxe à propos de la rationalité de la coopération. Elle témoigne de ce qu’il y a une solution simple et immédiate à un problème que la théorie du choix rationnel laisse largement irrésolu, celui de la crédibilité de l’engagement dans les rapports interpersonnels. Il existe diverses voies permettant de combler cet écart entre théorie et pratique de la coopération, mais celles-ci opèrent avec des conceptions très différentes du rapport entre rationalité individuelle et relation et ne peuvent être intégrées facilement dans un cadre d’analyse commun. Dans le cas de la promesse, la principale ligne de partage sépare un pôle économique et social de l’analyse, centré sur une pensée de l’échange, et un pôle moral, centré sur une pensée de l’obligation. S’attacher à la théorie de la promesse implique d’explorer la mesure dans laquelle ces deux pôles peuvent être conciliés afin d’offrir le tableau le plus complet et le plus cohérent possible des raisons motivant la coopération. L’étude de différents modèles de théorie de la promesse met en lumière le fait que deux logiques d’action distinctes, l’une conventionnelle et l’autre personnelle, coexistent et que l’interaction entre celles-ci permet de justifier la robustesse de la coopération. Elle souligne aussi la multiplicité de mécanismes à l’œuvre et le lien étroit et complexe qu’entretiennent la notion de convention –définie comme équilibre de coordination– et deux types de norme, la norme sociale ou juridique de réciprocité et la norme morale d’obligation. Ce tableau d’ensemble invite une approche éclectique de la coopération qui permette d’articuler considérations stratégiques et normatives.

  • Titre traduit

    Exchange and obligation : towards a general theory of promise ?


  • Résumé

    The notion of promise illustrates a paradox about the rationality of cooperation. What remains a largely unresolved problem from the standpoint of rational choice theory –the issue of second-party commitment, can receive a simple and immediate solution at the practical level. There are many ways through which this gap between the theory and practice of cooperation can be reduced, however they put different emphasis on individual rationality and social interaction and thus cannot easily be fitted into a common analytical framework. The study of promise follows two main lines of enquiry: an economic and social approach which treats it as a process of exchange and a moral approach which defines it as a process of obligation. Building a more comprehensive theory of promise implies that these two approaches can be reconciled in order to provide the most complete and coherent picture possible of the reasons motivating cooperation in the context of an interpersonal and asymmetric relation. Comparing different models of theory of promise highlights the fact that two distinct logics of action, one conventional the other personal, coexist within a same practice and the interplay between them contributes to explain its robustness. It also brings to light the diversity of mechanisms that cooperation relies on and the close and complex relationship they imply between the notion of convention –defined as a coordination equilibrium– and two types of norm, social or judicial norms of reciprocity and a moral norm of obligation. This overall picture argues in favour of an eclectic approach to cooperation which takes both strategic and normative considerations into account.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (381 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 344-353. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.