A laboratory of citizenship : nations and citizenship in the former Yugoslavia and its successor States

par Igor Štiks

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Jacques Rupnik et de Andrew Baruch Wachtel.

Soutenue en 2009

à Paris, Institut d'études politiques .

  • Titre traduit

    Un laboratoire de la citoyenneté : les nations et la citoyenneté en l'ancienne Yougoslavie et ses pays successeurs


  • Résumé

    La question de la définition, de l’administration et de la pratique de la citoyenneté en Yougoslavie socialiste (1945-1991) et dans ses Etats successeurs (1991–2008) est au cœur de ce travail de thèse. Il s’agit de montrer comment la question de la citoyenneté, souvent sous-estimée par les chercheurs travaillant sur l’ex-Yougoslavie, est en effet l’un des facteurs essentiels de la construction et de l’éclatement de ce pays et de la création d'Etats fondés dans la grande majorité, sur l’appartenance ethnique. L’objet de ce travail consiste donc à étudier la relation complexe entre l’appartenance (ethno)nationale et la citoyenneté au sein de la fédération multinationale yougoslave, les effets des politiques discriminatoires dans la période postcommuniste, ainsi que les récents progrès (avec néanmoins quelques régressions) réalisés en la matière dans la perspective d’une adhésion à l’UE de cette région.


  • Résumé

    The present study looks at the relationship between nations and citizenship in socialist Yugoslavia and in its successor states from 1945 to the present. In the first chapter I try to answer the question of why Yugoslavia was re-unified as a socialist multinational federation in 1945 and I examine history of the Marxist debates on the national question and history of Yugoslavism as the ideology of South Slavic unity. In the second chapter I describe the evolution of the Yugoslav federal system and how progressive decentralization resulted in significant changes in Yugoslav citizenship that was legally and politically bifurcated into the federal and republican citizenships. In the following chapter, I demonstrate that the duality of Yugoslav citizenship, and the confederal structure of Yugoslavia critically influenced Yugoslavia’s democratization in 1990. I also introduce the rarely analyzed citizenship factor into the debates on Yugoslavia’s disintegration. In the fourth chapter I demonstrate that almost all Yugoslavia’s successor states used their founding documents, namely their constitutions and citizenship laws, as an effective tool of, as I call it, ethnic engineering. In the last chapter, I analyze the EU’s enlargement policies in the Western Balkans and I try to examine if and how they challenge the still dominant ethnocentric conception of citizenship.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (367 p., 91 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 347-367 et f. 75-91

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.