Le corps à l'oeuvre dans la poésie d'Elizabeth Bishop

par Marie Mas

Thèse de doctorat en Anglais

Sous la direction de Denis Bonnecase.

Soutenue en 2009

à Grenoble 3 .


  • Résumé

    Cette thèse analyse principalement l'œuvre poétique d'Elizabeth Bishop, mais elle s'attache aussi à l'étude de ses écrits en prose, de ses cahiers, de sa correspondance, de ses peintures et autres documents personnels. À travers l'étude chronologique du corpus (dictée par la publication régulière d’un recueil tous les 10 ans), c'est le corps comme sujet d’écriture, comme enjeu et comme objet incontournable de l'évolution du sujet poétique qui guide l'analyse. Mais si Elizabeth Bishop écrit une poésie du corps, ce n'est pas celle du corps nu, c'est celle là même qui, oxymorique et paradoxale, exhibe par le pouvoir de la réticence. Dans un premier temps, la poésie met le corps en scène et en pièces, puis les avatars désabusés se succèdent et permettent au sujet de s'interroger sur son propre rapport à soi. Alors, l'aliénation apparaît comme une condition nécessaire au processus herméneutique d'identification. L'écriture du corps, tout d'abord moyen de lutter contre l'effacement du sujet, est aussi une façon de se prémunir de l'épanchement lyrique et de la mélancolie. Dans un second temps, le sujet poétique s'oriente vers le mouvement pour tenter d'échapper à cette mélancolie. Cet état de fugue créatrice et active mène à l'exploration du monde qui submerge et entoure le corps du sujet. Mais ce dernier ne s'en tient pas au corps comme enveloppe corporelle (humaine ou animale), il se met en quête du corps terrestre du monde. Par le biais des voyages réels ou imaginaires, à travers les espaces polymorphes, l'épreuve de l'autre en soi se prolonge dans une épreuve de l'étranger comme territoire et comme miroir. Enfin, aux détours succède le retour à soi. Le troisième temps de ce travail se caractérise par la reconstruction et la nécessité d'habiter le monde en poésie. Cela passe par la reconnaissance non seulement du moi intime, mais aussi du poème comme enveloppe corporelle et textuelle. Cette "cicatrisation" s'opère à travers la construction d'un organisme vital, un poème-maison, un poème-corps.

  • Titre traduit

    The body work in Elizabeth Bishop's poetry


  • Résumé

    The main part of this thesis analyzes the poetic work of Elizabeth Bishop, but it also deals with the study of her prose writings, notebooks, correspondence, paintings and other personal documents. Through the chronological study of the corpus (dictated by the regular publication of a book every 10 years), the body as subject of writing, as stake and indispensable object of the evolution of the poetic subject serves as a guiding line. However if Elizabeth Bishop writes a poetry of the body, it is not that of the naked body, but that, oxymoronic and paradoxical, which exhibits by means of reticence. At first, her poetry stages and pulls the body to pieces, then the disillusioned avatars succeed one another and allow the subject to question about his own relation to him/herself. Then, alienation appears as a precondition to the hermeneutic process of identification. The writing of the body, first a means to fight against the erasure of the subject, is also a protection against lyrical effusion and melancholy. Subsequently, the poetic subject turns to movement in a gesture to escape this melancholy. This state of creative and active running away leads to the exploration of the world that surrounds and engulfs the body of the subject. But the latter doesn’t confine him/herself to the body as mortal coil (human or animal), it goes in search of the material body of earth. Through real or imagined travel, through the polymorphic spaces, the test of "the other in me"extends itself in a test of "The Outsider" as territory and mirror. Finally, the detours are followed by the return to one’s self. The third stage of this work is characterized by reconstruction and the need to inhabit the world in poetry which goes through the acknowledgment not only of the inner self, but also of the poem as body and textual envelope. This "healing" takes place through the construction of a vital organism, a "poem-as-house", a "poem-as-body".

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (445 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 402-418

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 205143/2009/49
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.