S'ils étaient de retour, ces étranges familiers. . . : la passion-répulsion de la famille dans l'oeuvre d'Arthur Adamov : lecture psychanalytique de Si l'été revenait

par Tatsiana Kuchyts

Thèse de doctorat en Littératures françaises et francophone

Sous la direction de Bernadette Bost.

Soutenue en 2009

à Grenoble 3 .


  • Résumé

    La présente thèse propose une lecture psychanalytique de Si l'été revenait d'Arthur Adamov (1908-1970), écrivain français d'origine russe. Ultime création achevée d'un Adamov à la fois "engagé" et regagné par le symbolisme tragique strindbergien dont s'inspire son premier théâtre "métaphysique", Si l'été revenait condense les trois "manières" de l'écriture dramatique de son auteur. Distinguées à tort ou à raison par certains critiques de l'œuvre adamovien, ces "manières" d'expression attribuées à Adamov semblent néanmoins avoir en commun un motif qui les traverse, celui d'une constante ambivalence des sentiments du sujet à l'égard des représentations familiales tous azimuts. Le sujet en question, c'est avant tout le moi créateur d'Adamov, un moi névrosé déchiré entre l'attachement à la Famille et l'aversion envers elle. Dans Si l'été revenait, la conscience de l'auteur se projette sur quatre dormeurs dont les rêves traduisent les désirs contradictoires portés par leur moi rêveur à l'autre familial / familier, désirs qui, à l'instar de l'impérissable couple Éros / Thanatos existant dans la psyché de chaque être humain, travaillent en une étroite union. La dernière création d'Adamov constitue le théâtre de la lutte et de la symbiose des pulsions du moi rêveur / créateur, l'espace à la fois imaginaire et tangible où se projette le sempiternel couple du bourreau et de la victime de la Famille à l'œuvre dans la personnalité inconsciente du dramaturge. Résumant en quelque sorte la vie réelle et la réalité psychique d'Adamov, construite à la manière d'un drame inconscient en quatre actes, Si l'été revenait semble être "commandée" par le fantasme de passion / répulsion de la famille qui obéit au principe de la continuité temporelle. Ainsi, les quatre rêves qui composent la pièce s'apparentent-ils aux différentes phases de l'évolution de ce fantasme. La présente étude s'est donnée pour objectif d'expliciter les phases en question en jetant sur elles un regard psychanalytique qui s'inspire des découvertes de Freud et de ses continuateurs. Aussi, se nourrit-elle de multiples autres écrits d'Adamov qui vont de la poésie à la critique théâtrale, des influences et conceptions littéraires et idéologiques du dramaturge, de l'évolution de son théâtre, de l'analyse des deux pans (matériel et intérieur) de son existence, et surtout de ses propres réflexions autour de son mal-être névrotique retranscrit si courageusement dans chacune de ses œuvres.

  • Titre traduit

    If they back again, these strange relatives. . . : Passion and repulsion of Family in Arthur Adamov's work : a psychoanalytical reading of Si l'été revenait


  • Résumé

    This thesis proposes a psychoanalytical reading of Arthur Adamov's Si l'été revenait, a French writer of Russian extraction. The last perfect play of Adamov "commited" and at the same time regained by the tragic symbolism of Strindberg which inspires Adamov's first "metaphysical" theatre, Si l'été revenait condenses three "manners" of the dramatic writing of this author. Rightly or wrongly discerned by the critics of Adamovss plays, these "manners" believed to be Adamov seem nevertheless to have in common a theme which crosses them all : a constant ambivalence of the subject's feelings towards aIl family figures. The subject we mean is first at all Adamov's creative ego, a neurotic ego tom between affection and aversion to Family. In Si l'été revenait, the author's conscience is projected onto four dreamers. Their dreams express conflicting desires wich their dreaming ego feels towards family / familiar Other. These desires work in a close alliance like an imperishable couple Eros / Thanatos which exists inside each human psyche. The last Adamov's play constitutes the theatre of struggle and symbiosis of the dreaming / creative ego's drives, an imaginary and a tangible space where the never-ending couple of Family's torturer and victim working inside Adamov's inconscious personnality is projected onto. Play that summarizes, in a way, Adamov's real life and Adamov's psychical reality, constructed like an inconscious drama in four acts, Si l'été revenait seems to be ordered by the phantasm of passion / repulsion of Family submitted to the principle of a temporal continuity. So, four dreams that compose Adamov's last play look like four different phases of the evolution of this phantasm. The object of this thesis consists in expliciting of these phases by casting a psychoanalytical glance over them. This approach is inspired by Freud's and his followers discoveries. It's also feeded by other Adamov's writings, from poetry to theatrical critic, by analysis of Adamov's influences and ideas, by evolution of his theatre and by analysis of two spheres of Adamov's existence (material and interiour), and particularly by Adamov's reflections about his own neurotic malaise so braverly transcribed in each of his works.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (534 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 489-526. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 205143/2009/36
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.