De la perception audiovisuelle des flux oro-faciaux en parole à la perception des flux manuo-faciaux en langue française parlée complétée adultes et enfants : entendants, aveugles ou sourds

par Emilie Troille

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Marie-Agnès Cathiard.

Soutenue en 2009

à l'Université Stendhal (Grenoble) .


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    From audiovisual perception of oro-facial streams in speech to perception of manuo-facial streams in French cued speech : adults and children normal hearing, blind or hearing impaired


  • Résumé

    La Langue française Parlée Complétée (LPC) a été élaborée à partir de son Cued Speech par Cornett (1967), pour pouvoir désambiguïser la phonologie visible sur le visage par des gestes phonémiques manuels simultanés. Mais c'est seulement depuis cinq ans que le secret de sa production est connu, lorsqu'il a été découvert que la main était toujours en avance sur le visage (Attina & al. , 2004). Ce comportement anticipatoire nous renvoie à celui de la parole. Sur ce comportement général, la question clé que nous allons poser ici est celle de la perception des flux acoustiques et optiques dans la parole et dans la parole coordonnée avec le code manuel de Cornett pour le LPC. Nous déterminerons en premier lieu que la parole bimodale est flexible même dans les structures CVCV les plus simples, non seulement entre locuteurs mais chez un même sujet. Si la parole peut être vue avant même d'être entendue (comme l'ont établi de manière exemplaire Cathiard & al. , 1991), l'inverse est aussi vrai, et chez le même locuteur. En fait nous montrerons que la parole peut aussi être entendue avant d'être vue et même que la parole peut être entendue aussitôt qu'elle est vue. En examinant soigneusement la structure des stimuli testés, nous avons pu montrer que les patrons perceptifs résultants sont "rivés" (locked) à la production oro-faciale de la parole. Ce qui se démontre en tenant compte des relations articulatori-acoustiques. Nos expériences de gating et de désynchronisation, menées avec des entendants et des sourds, adultes et enfants – et aussi des sujets aveugles "contrôles" pour l'audio – nous ont permis de tester la gamme de flexibilité que peut permettre cette coordination phonémique unique de la face et de la main. Ces résultats viennent renforcer la conception avancée depuis Attina & al. (2004), comme quoi le comportement anticipatoire dans la Langue française Parlée Complétée repose sur la mise en phase des types de contrôles les plus compatibles, ceux des (con)tacts de la main avec le visage pour les voyelles et ceux des constrictions de la bouche pour les consonnes. La fenêtre qui nous a été ainsi ouverte par le code de Cornett (Cornett's code) – surtout par la tournure qui lui a permis d'être neuralement incorporé (embodied & "embrained") dans une habileté linguistique – nous a ainsi de manière surprenante permis d'apporter des réponses plus décisives sur la nature des contrôles des segments dans la phonologie du langage que par la seule observation des actes de parole.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (413 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 363-398

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 205143/2009/21
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.