. . . Fortuito supra acanthi radicem…

par Bernard Cache

Thèse de doctorat en Architecture

Sous la direction de Philippe Potié.


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    …par hasard sur une racine d'acanthe…


  • Résumé

    Notre lecture du De Architectura procède en trois blocs : l'encyclopédie, son noyau et ses franges. 1- L'architectonique des connaissances que Vitruve articule à la pratique concrète de l'architecture fait l'objet d’une généalogie qui montre comment le projet encyclopédique, proprement romain, s'inscrit cependant dans un questionnement philosophique plus ancien où la mêtis vient prendre le relais du logos, termes grecs que traduisent à leur façon les mots latins avancés dès la fin du tout premier paragraphe : ratio et sollertia. Questionnement grec, donc, qui n'empêche nullement Vitruve de s'alimenter également à la réflexion des philosophes latins de son temps Cicéron, Varron ou Lucrèce, dont nous avons tenté de préciser comment l'architecte avait su tirer parti. 2- La ratio qui donne corps au noyau de cette encyclopédie consiste dans la notion composite de summetria laquelle recouvre plusieurs concepts : commensurabilité, proportions, symétrie, et moyennes proportionnelles. C'est ce caractère composite qui permet à Vitruve, conformément à la science de son temps, d'appliquer cette notion de summetria à une multitude domaines, dont l'architecture elle-même qui comprend la construction tout aussi bien d'édifices aedificatio que de cadrans solaires gnomonica ou de machines machinatio. 3- Néanmoins l'application de la summetria à l'ensemble de l'encyclopédie ne va pas sans requérir des corrections propres à chacune des disciplines, corrections qui s'avèrent finalement insuffisantes lorsque le projet touche à ses limites et que l'architecte nous recommande de triompher de la machine sans machine avec une certaine habileté sollertia. Recommandation à résonance très contemporaine, tout comme le projet d'articuler un mode de production numérique de l'architecture à une encyclopédie organisée autour de la notion d'invariance par variation, projet dont nous sommes allés chercher les balbutiements dans certains des textes de Platon.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 4 vol. (285, 271, 373 p, 37 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p. :27-37 (vol. 4)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 205143/2009/50
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.