La perception visuelle des mouvements humains chez le nouveau-né, l'enfant et l'adulte

par Elenitsa Kitromilides-Salerio

Thèse de doctorat en Psychologie cognitive

  • Titre traduit

    ˜The œvisual perception of the human movements in the newborn, the child and the adult


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Ce travail doctoral porte sur l'étude du rôle de l'expérience motrice dans la perception visuelle du mouvement humain. Dans la littérature, il existe un certain nombre de recherches mettant en évidence un lien direct entre les capacités de production et de perception des sujets alors que d'autres au contraire montrent une supériorité des capacités perceptives et une dissociation entre motricité et perception. L'objectif de cette thèse est donc de préciser l'implication de l'expérience motrice dans le traitement perceptif de ce type de mouvement. Ainsi, nous nous sommes penchés, d'une part, sur les préférences perceptives visuelles pour des mouvements de locomotion et des mouvements morphocinétiques (elliptiques, circulaires) et, d'autre part, sur les jugements perceptifs de l'uniformité de la vitesse dans le cas de mouvements de traçage, chez des populations présentant une expérience motrice quasi-nulle ou variable (nouveau-nés et enfants âgés de 5 à 10 ans). Ces différentes expériences comprenaient des mouvements respectant ou non les contraintes motrices imposées par notre squelette (locomotion) et des mouvements dont la cinématique suivait ou non les règles de production motrice (loi de puissance deux-tiers). Les résultats principaux montrent que dès la naissance, les nourrissons sont capables de discriminer des mouvements humains et sont sensibles aux règles cinématiques de production motrice. De plus, dans la tâche de jugement perceptif des décalages apparaissent entre les compétences motrices et les compétences perceptives des enfants. En effet, le phénomène de l'illusion perceptive est plus important chez les jeunes enfants et tend à diminuer avec l'âge. Ces résultats suggèrent que les préférences et les jugements perceptifs ne dépendent pas uniquement des compétences motrices des sujets. Ainsi, la perception visuelle des mouvements humains n'impliquerait pas systématiquement une intervention du système moteur comme le stipule les théories motrices de la perception.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (181 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 162-181

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 205143/2009/24
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.