Les rôles managériaux dans le processus de formation de la stratégie : une lecture ancrée dans la théorie des représentations sociales

par Frédérique Grazzini

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Jean-Pierre Boissin.

  • Titre traduit

    Managerial roles and strategy process : a study anchored in the social representation theory


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Si de nombreux travaux de recherche invitent à considérer les rôles majeurs des managers dirigeants et intermédiaires au sein du processus de formation de la stratégie (Jarzabkowski, 2005 ; Ikävalko, 2005 ; Mantere, 2005), rares sont les travaux qui décrivent précisément et concrètement ces rôles. A partir d'une analyse de la littérature sur les rôles managériaux, cette recherche fait tout d'abord ressortir la nécessité, pour les chercheurs en management stratégique, d'adopter des perspectives dynamiques et intégratrices, qui prennent en compte des dimensions comportementales et sociopsychologiques. En effet, étant donné le caractère complexe inhérent au management stratégique (Avenier, 1996, Avenier, 1999, Chanal 2007), appréhender les rôles managériaux nécessite de s'appuyer sur des corpus théoriques et des méthodologies adaptés au type de phénomènes étudiés. Il est ensuite montré en quoi les perspectives de la pratique en stratégie, associées à la théorie des représentations sociales (Moscovici, 1961), constituent un cadre théorique intégrateur pertinent pour appréhender les rôles managériaux au sein du processus de formation de la stratégie. Les perspectives de la pratique en stratégie, avec comme unité d’analyse " la pratique " (Golsorkhi, 2007), s’appuient d'un côté sur certains fondements de la tradition pragmatiste qui remonte au début du XXe siècle, et d'un autre côté sur le tournant pratique en sciences sociales (Johnson et al. , 2007). En proposant un outillage théorique et méthodologique adapté, les perspectives de la pratique proposent d’appréhender la " fabrique de la stratégie ", soit " une activité sociale définie de pratiques, de routines, de discours, de pensées, d’actions singulières, d’outils, de conventions et de règles qui contribuent de manière significative et/ou marginale à la construction quotidienne de la stratégie d’une organisation " (Golsorkhi, 2006, p. 14). Quant à la théorie des représentations sociales, à la croisée des processus individuels, interindividuels et intergroupes, elle permet d'étudier de façon dynamique l'appréhension particulière d'une notion par un groupe, ainsi que les principes de sa mise en place (Doise, 1985). A travers le double processus d'objectivation et d'ancrage, cette théorie offre la possibilité de rendre compte de la manière dont les représentations sociales - guides pour l’action et les échanges quotidiens des individus -, se construisent. Alors que l'objectivation correspond à la constitution formelle d'une connaissance, l'ancrage renvoie à l'intégration cognitive de la représentation et de son objet dans un système de pensée préétabli (Moscovici, 1961). Sur la base des perspectives de la pratique en stratégie et de la théorie des représentations sociales, la construction d'un modèle théorique destiné à éclairer la constitution des rôles managériaux au sein du processus de formation de la stratégie est alors proposée. Plus largement, la conception sous-jacente à ce modèle trouve son ancrage dans certaines approches critiques qui se sont récemment développées en management (Golsorkhi et al. , 2009), en lien avec les travaux de Foucault. Ces dernières contribuent à développer une conception de pratiques signifiantes au travers des discours qui les accompagnent et des systèmes d'idées auxquels ils contribuent (Allard-Poesi, 2006). Dans cette perspective, les discours sous l'influence desquels se trouvent les individus, marquent la subjectivité et les comportements de ces derniers. Bien qu'elles puissent paraître, aux premiers abords, empreintes de déterminisme, de telles approches laissent en réalité toute leur place à l'identité et à la subjectivité de l'acteur. Plus précisément, cette recherche propose de considérer que les discours stratégiques auxquels sont exposés les managers ont une influence - via les représentations sociales qu'ils participent à développer - sur les rôles managériaux dans le processus de formation de la stratégie. Ces rôles sont considérés comme se construisant simultanément à travers des discours et des pratiques stratégiques. Le modèle théorique proposé donne ensuite lieu à une étude empirique des rôles managériaux dans le processus de formation de la stratégie. Cette étude empirique est fondée, en particulier, sur l'étude des représentations sociales de la stratégie chez les managers, selon les trois étapes proposées par Clémence et al. (1994) : la première étape consiste à identifier les éléments constitutifs du savoir commun en stratégie, la seconde étape à mettre en relief des principes organisateurs de positions individuelles chez les managers par rapport aux points de repère fournis par ce savoir commun, et la troisième étape à analyser l'ancrage social de ces positions dans des réalités sociopsychologiques. Dans ce cadre, un questionnaire comportant 79 items a été construit puis administré à 1033 managers. Les items permettent, pour les uns, d'appréhender les représentations sociales de la stratégie chez les managers, et pour les autres, d'interpréter ces représentations en termes de rôles managériaux. Sur la base de méthodologies à la fois qualitatives et quantitatives, quatre types de rôles ont pu être mis en lumière à l'issue de cette recherche. La typologie ainsi réalisée permet de souligner l'influence des discours stratégiques, de variables sociopsychologiques et sociodémographiques, dans la constitution des rôles managériaux au sein du processus de formation de la stratégie.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (352 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 318-331

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 205141/2009/37
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.