Réponse sismique à un forçage magmatique

par Paola Traversa

Thèse de doctorat en Terre solide

Sous la direction de Jean-Robert Grasso.

Soutenue en 2009

à l'Université Joseph Fourier (Grenoble) .


  • Résumé

    Dans ce travail nous étudions la réponse sismique d’un volcan à différents processus magmatiques, avec l’objectif de remonter à la physique qui les dirige. Les séries temporelles de sismicité enregistrées sur des volcans basaltiques nous ont permis d’identifier des motifs caractéristiques d’activité sismique pendant les phases (i) inter-éruptive, (ii) d’alimentation du réservoir, (iii) de fissuration du réservoir et fuite du magma, et (iv) d’injection de dyke. La sismicité enregistrée pendant les phases de repos reproduit le comportement de la sismicité tectonique ordinaire. Pendant la dernière phase immédiatement précédente l’éruption, nous observons un taux de sismicité stationnaire sur différent volcans, qui accompagne l’injection du dyke. Il nous révèle que la propagation de la fracture, guidée par le fluide, est un processus stationnaire, indépendant de l’échelle. De telles caractéristiques évoquent l’endommagement enregistré lors d’essais de fluage à déformation contrôlée, et impliquent l’impossibilité de prédire le temps d’occurrence de l’éruption. Cela suggère que le taux de sismicité stationnaire qui accompagne une intrusion est proportionnel à un taux constant d’approvisionnement de magma du réservoir. Grace à un modèle numérique de propagation de dyke, nous avons validé l’hypothèse qu’un flux constant de magma qui alimente le dyke est en accord avec la dynamique du volcan. L’application de ce modèle nous permet alors de contraindre une taille minimale pour le réservoir magmatique et une valeur maximale pour la surpression du magma dans le réservoir du Piton de la Fournaise (Réunion). L’exploration de la séquence sismique induite par l’intrusion d’un dyke en 2000 aux îles Izu (Japon) nous permet de quantifier les perturbations de contrainte induites en temps et en espace par ce gigantesque dyke. Nous montrons que l’intrusion d’un dyke peut être assimilée à un ”événement lent”. Cela nous permet de suivre l’évolution de l’endommagement de la matrice rocheuse au cours de la propagation de la fracture. Pour le volcan andésitique Ubinas (Pérou), nous identifions une accélération moyenne de sismicité Long Période (LP) précédant les explosions et autres LP. Cela apporte de nouvelles évidences que les LP correspondent à un endommagement fragile au sein d’un conduit rempli de fluide.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (295 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. 321 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service interétablissements de Documentation (Saint-Martin d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire de Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TS09/GRE1/0212/D
  • Bibliothèque : Service interétablissements de Documentation (Saint-Martin d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire de Sciences.
  • Disponible sous forme de reproduction pour le PEB
  • Cote : TS09/GRE1/0212
  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Sciences de la Terre Recherche - cartothèque - CADIST.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T GRE 2009 TRA
  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Sciences de la Terre Recherche - cartothèque - CADIST.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T GRE 2009 TRA
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.