"Saluer la souffrance" : représentations des défunts et réseaux de relations dans les rites et les chants funéraires des Moose de l'Ouest (Burkina Faso)

par Alice Degorce

Thèse de doctorat en Sciences religieuses

Sous la direction de Danouta Liberski-Bagnoud.


  • Résumé

    This thesis is about funeral rites and songs of the Western moaaga area (Burkina Faso). Considered as belonging to the rog-n-miki field (literally: “what we found when we are born”, that is what is “traditional”) and often involving masks called sukoomse, these rituals take place in the contemporary context of the region, characterized by the cohabitation of several religions and by some migratory phenomena. The funerals are first considered according to the articulation between the substitutes of the dead, the way the living go through the mourning, and the ritual performances which are simultaneously sung. The part of the speech that is sung and the status of its performers are first analysed from a point of view that gives priority to the performance and the context of enunciation within the rite. Secondly the analysis of a corpus of extracts from three funeral wakes allows a semantic approach which complements the one regarding the context of enunciation in the rite. The reconstruction of the dead images in ancestors, and the way the living ones are linked together by particular nodes of relationships are central in the discourses of the singers, with speech being part of the ritual process because it participates in making this double work of reconstructing the dead image and reformulating the social relations.

  • Titre traduit

    "Saluting the suffering" : representations of the dead and networks of relations in Moose funeral rites and songs (Burkina Faso)


  • Résumé

    Cette thèse porte sur des rites et des chants funéraires de l’Ouest du pays moaaga (Burkina Faso). Considérés comme relevant du domaine du rog-n-miki (littéralement : « ce que l’on trouve en naissant », soit ce qui est "traditionnel") et faisant souvent entrer en scène des masques appelés sukoomse, ces rituels s’inscrivent dans le contexte contemporain de la région, pluri-religieux et marqué par des phénomènes migratoires. Les funérailles sont tout d’abord envisagées selon l’articulation opérée entre les substituts des morts, l’avancée dans le deuil des vivants, et les performances rituelles chantées concomitantes. Le rôle de la parole chantée et le statut de ses interprètes sont ainsi appréhendés dans un premier temps selon un point de vue privilégiant la performance et la situation d’énonciation dans le rite. L’analyse d’un corpus composé d’extraits de trois veillées funéraires permet une approche sémantique complétant celle par la situation d’énonciation dans le rite. La reconstruction de l’image des défunts en ancêtres, et la mise en chants des nœuds de relations qui lient les vivants entre eux sont centrales dans les discours des chanteurs, la parole faisant partie intégrante du processus rituel, car concourant à opérer ce double travail de reconstruction de l’image d’un mort et de reformulation des relations sociales.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (408 f., 526 f.)
  • Annexes : Bibliogr. vol. 1, f. 361-381. Index. Glossaire

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : École pratique des hautes études. Service commun de la documentation, des bibliothèques et des archives.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : DOC 09.20 (1-2)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.