Ecodesign, du contexte au produit : contribution méthodologique à l'intégration de l'environnement dans les métiers du design industriel

par Gaël Guilloux

Thèse de doctorat en Sciences et génie de l'environnement

Sous la direction de Christian Brodhag et de Salvador Capuz Rizo.

Soutenue en 2009

à Saint-Etienne, EMSE .


  • Résumé

    Le design industriel prend en compte l’usage et l’expérience de l’utilisateur (Contexte) pour proposer un concept de produit (fonctionnalités, forme, esthétique, usage, etc. ), sur la base d’un problème « mal défini » ou « mal structuré ». Le design industriel cherche une solution globale au problème avant de l’affiner pour proposer la solution définitive. L’éco-conception, quant à elle, permet d’identifier des variantes permettant de maîtriser les impacts environnementaux à partir d’idées initiales de produits ou propose des pistes d’amélioration de produits existants. On identifie le problème, décomposé en sous problèmes plus évidents auxquels on recherchera des sous-solutions. L’agrégation des sous-solutions en une unité cohérente permettra d’obtenir la solution finale. Les démarches d’éco-conception inversent la logique du management de projet (choix des objectifs stratégiques puis des outils pour les atteindre). Elles permettent rarement l’intégration et l’apport des autres compétences du projet, notamment stratégiques, ce qui ne facilite pas la prise de décision stratégique et financière. L’éco-conception répond à des enjeux propres à l’entreprise (image, finance, mobilisation en interne, réduction de son impact). Notre hypothèse est que l’approche, les méthodologies et outils de l’éco-conception ne correspondent pas aux modes de faire de l’activité de design. La compétence design est supposée véhiculer les valeurs d’usage et la vision du contexte-produit nécessaire au développement efficient des produits. Aujourd’hui, les designers explorent les actions environnementales, sociales et sociétales. Toutefois, notre seconde hypothèse est que le design ne s’implique pas encore réellement dans la prise en compte des aspects environnementaux et sociétaux, et qu’il ne dispose pas d’outils permettant d’évaluer et de permettre une reconnaissance de ses actions de prise en compte de l’environnement. L’observation et l’analyse de 26 démarches d’éco-conception, menées par des entreprises, montre l’absence de prise en compte de l’utilisateur dans la majorité de ces démarches. Cela nous permet de valider notre première hypothèse. Notre troisième hypothèse est que la présence du design au sein de démarche d’écoconception permettrait d’intégrer les valeurs d’usage, afin d’apporter une plus grande différenciation du produit, et une plus grande homogénéité des actions menées au sein de l’entreprise. Les démarches intégrant l’action du design mettent en œuvre des avancées innovantes qui dépassent la simple mise en conformité pour plus d’anticipation, mais surtout les entrainent vers des démarches prospectives. Une expérimentation « Cradle to Cradle Design© » dans les entreprises ou les designers étaient chefs de projet nous a permis de valider cette troisième hypothèse en montrant la capacité du design à changer le paradigme économique et le business modèle de l’entreprise. On constate la capacité du design à mobiliser tous les acteurs et compétences du projet (sur l’ensemble de la « supply chain », chaine de valeur) vers des problématiques court, moyen et long terme, et sur des sujets innovant tel que le service, l’identité, la toxicité, Le style de vie durable, La valeur de la matière, etc. ). Cela nous amène à définir notre question de recherche : Comment permettre l’implication des designers dans les projets de développement de produits et services écoresponsables, dans l’objectif de réintégrer la valeur d’usage ? Avant de pouvoir intégrer les aspects environnementaux et sociétaux dans sa démarche, le designer industriel doit tout d’abord acquérir les compétences environnementales et sociétale nécessaires à sa présence et son action au sein des démarches de développement de produits responsables. Ainsi, nous proposons une Méthode d’Orientation au Design Responsable (MOD-R) permettant de déterminer les actions du design responsable, de faire appel à des outils spécifiques à sa fonction afin de lui permettre d’apporter une réponse responsable. Notre méthode considère que les actions du design responsable « progressent » : elles s’intéressent tout d’abord au contexte du projet pour finalement aborder le bien ou le service. Elles sont rassemblées autour de trois stratégies que sont le style de vie, la consommation et le bien (ou service). Elle permet, à partir de connaissances et d’objectifs environnementaux, sociaux et sociétaux, la mise en œuvre d’une activité de design responsable. Elle intègre aux outils du design un certain nombre d’actions ou de compléments s’intégrant aux différentes étapes. Le résultat de l’activité de design responsable permet d’accroitre ses propres connaissances en design responsables ou, si le résultat n’est pas en conformité avec la demande, de réévaluer ses objectifs initiaux.

  • Titre traduit

    Écodesign, context to product : Methologic contribution to environnemental intégration in industrial design skills


  • Résumé

    Industrial design take account used and user experience (Context) to offer a concept of product (functionalities, form, aesthetic, used, etc. ), based on “ undefined ” or “ wick ” problem. Industrial design looks for a global solution to the problem before finding a definitive solution. Ecodesign allows identifying variants which manage environmental impacts, based on product initial ideas or incremental orientation of existing products. It identifies the problem, decomposed in more assures sub problems which we will look for sub solutions. Aggregation of these sub-solutions into a cohesive unit will provide the final solution. Ecodesign approaches invert the logic of project management (strategic objectives choices and tools to achieve them). They rarely allow the integration and contributions of other skills of the project, including strategic skills, which does not facilitate strategic and financial decision-making. Eco-design responds to company specific issues (image, finance, internal mobilization, reduction of its impact). Our hypothesis is the approach, methodologies and tools for eco-design does not match to industrial design activity. Industrial design skill is supposed to convey use values and product context’s vision to an efficient product development. Nowadays, industrial designers explore environmental and social actions. However, our second hypothesis is that industrial design isn’t really involved in taking account environmental and social aspects. He has no tools to assess and allow for recognition his environmental actions. Observation and analysis of 26 ecodesign companies approaches, show lack of user consideration in most of these approaches. This allows us to validate our first hypothesis. Our third hypothesis is that the presence of industrial design in ecodesign approach would provide to include use values, greater product differentiation, and greater consistency of company actions. The approach integrating Industrial design work implement innovative advances that go beyond mere compliance to more proactive approach. A « Cradle to Cradle Design© » experimentation in companies, where industrial designers was project managers, allowed us to validate the third hypothesis by showing the ability to industrial design in changing the economic paradigm and the business model. There is the ability of Industrial design to mobilize all stakeholders and expertise of the project (on the entire supply chain) towards short, medium and long term problems, on innovative topics such as service, identity, toxicity, Sustainable Lifestyle, material, etc. . ). This leads us to define our research question: How can we allow industrial designers involvement in projects development of environmentally products and services, with the aim to reintegrate use value? To incorporate environmental and societal aspects in this approach, industrial designer must first acquires environmental and social knowledge and know how which is necessary to ensure his presence and action within steps of environmental product development. Thus, we propose a methodology for Responsible Design Guidance (MOD-R) to determine the actions of responsible design, to use specific tools to enable its responsible answer. Our method considers that responsible industrial design actions are « progressing »: These are interested first in the context of the project to finally consider the good or service. They are gathered around three strategies that are lifestyle, consumption and the good (or service). It allows, from knowledge and environmental & social objectives to implement a responsible industrial design activity. It includes to existing industrial design tools a number of additional shares or integrating in its various steps. The result of the responsible design activity can increase their own knowledge in responsible design, or if the result is not in compliance with the request, to reassess its initial objective.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (244 p.)
  • Annexes : Bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Ecole nationale supérieure des mines. Centre de documentation et d'information.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 658.575 GUI
  • Bibliothèque : Arts et Métiers ParisTech. Institut. Centre de documentation.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.