Identités multiples et multitudes d’histoires : les « Noirs tunisiens » de 1846 à aujourd’hui

par Ines Mrad-Dali

Thèse de doctorat en Anthropologie sociale et ethnologie

Sous la direction de Jocelyne Dakhlia.

Soutenue en 2009

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    Cette thèse se propose à travers quatre grandes parties de combler une lacune historiographique et anthropologique consistant à considérer l’esclavage, comme étant l’origine unique et commune des « Noirs tunisiens », et à fonder également une appartenance et surtout une identification basée sur le seul phénotype. En procédant à la fois, à une enquête de terrain qui prend en compte les perceptions de soi de cette « minorité », et à une reconstruction historique, à partir de documents archivistiques, des transformations qui y ont conduits, cette recherche permet de révéler une multitude d’histoires des origines et finalement une variété d’identités des « Noirs » de ce pays, de même qu’une évolution historique de ces identités. Alors que les trois premières parties tentent de retracer de manière critique l’histoire liée à cette minorité depuis la première abolition de l’esclavage jusqu’à la première moitié du xxe siècle, une dernière partie se prévalant d’une approche plus ethnographique, est centrée sur le discours et la mémoire des « Noirs tunisiens », à partir d’une enquête approfondie dans un village de la région de Gabès (Sud tunisien), celui de Arram. Sont alors étudiés la variété des perceptions identitaires des groupes qui composent le lignage noir des Hameida, la manière dont les récits d’origine sont articulés, soit entre eux, soit à ceux des « Blancs », révélant par là la hiérarchisation sociale du village, aussi bien entre « Blancs » et « Noirs » qu’à l’intérieur même des groupes noirs.

  • Titre traduit

    Multiple Identities and numerous stories : « Black Tunisians » from 1846 to this day


  • Résumé

    This thesis utilizes four components to address a historiographical and anthropological gap when considering slavery as the unique and common origin of "Black Tunisians" whom create belonging or identification based only on phenotype. Proceeding both through an ethnographic inquiry which takes into account the self perception of this "minority" and a historical rebuilding from archives of the transformations which have taken place, this research brings to light numerous stories of the origins and identities of "Blacks" in this country, including a historical evolution of these identities. The first three components examine the history of this "minority" from the first slavery abolition in 1846 until the first part of the 20th century, and the last component is based on an ethnographic approach which is centered around the discourse and the memory of "Black Tunisians", based on a thorough inquiry in the village of Aram, located in the region of Gabès (South of Tunisian). The latter inquiry studies the variety of identities and perceptions of the groups which compose the Hameida's black lineage, including ways in which narratives of the origin are articulated, whether among each other or in relation to "Whites".

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (686 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 662-686

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.