Du Dâsî Âttam au Bharata Nâtyam : ethnohistoire d'une tradition chorégraphiqe et de sa moralisation & nationalisation dans l'Inde coloniale et post-coloniale

par Tiziana Leucci

Thèse de doctorat en Ethnologie et anthropologie sociale

Sous la direction de Jean-Claude Galey.

Soutenue en 2009

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    La thèse cherche à expliquer la transformation de la "danse des servantes [des dieux]" (Dâsî Âttam) en "danse de Bharata" (Bharata Nâtyam), dite "classique" et "nationale" en Inde. Le travail donne d'abord la parole à d'anciens maîtres de danse et danseuses de la tradition disparue, puis retrace l'histoire de la fascination occidentale pour les danseuses de temple indiennes du XIIIème au début du XXème siècle. Ces artistes étant aussi courtisanes, la fascination se doublait de jugements moraux, qui ont été intégrés par les Indiens occidentalisés. Après de longs débats légaux, ces réformistes ont aboli l'institution des "servantes des dieux" (devadâsi) à l'indépendance de l'Inde (1947). En Europe, celles-ci avaient donné naissance au personnage romantique de la bayadère, qui attira des danseuses occidentales en Inde. Leurs tournées y influençèrent un mouvement nationaliste de "sauvetage" de la danse, sous une forme "spiritualisée" et sanskritisée, par référence au traité du sage mythique Bharata. La thèse compare ensuite les pratiques actuelles de danse en Inde avec celles d'anciens maîtres de danse et danseuses de temple et de cour royale rencontrés. Nous abordons les techniques d'apprentissage, la question de l'utilisation des traités, de la performance d'un texte, ainsi que de l'esthétique correspondant aux formes anciennes et actuelles de danse en Inde. Nous reconstruisons enfin le "devoir statutaire" (dharma) des courtisanes-danseuses, en confrontant inscriptions médiévales, littérature tamoule et sanskrite et observations ethnographiques. Les devadâsi apparaissent ainsi comm des "danseuses rituelles", et non comme des "prostituées sacrées".

  • Titre traduit

    From Dâsî Âttam to Bharata Nâtyam : ethnohistory of a dance tradition and its moralisation & nationalisation in colonial and post-colonial India


  • Résumé

    The thesis analyses the transformation of an Indian choregraphic tradition called Dâsi Âttam, parcticed by a community of temple and court dancers (devadâsî and râjadâsî) and dance masters (nattuvanâr). In the 1930', this tradition has been changed into a hybrid form, baptised Bharata Nâtyam, claimed to be more "classical". The thesis demonstrates how, in the colonial and post-colonial periods, the agenda of western and Indian reformists constructed anew the artistic landscape of India. It starts with the interviews to the aged masters and masters met towards 1990, and then traces the history of the European fascination about Indian dancers and courtisans since the 13th century. This fascination was often accompanied by moral judgements, interiorized later by the westernized indian elite. After a century of legal debates, the institution of temple dancers was abolished in 1947. Meanwhile, the travelers' accounts had inspired European artists, who created the romantic character of the bayadère, and the "Hindu dancer" one after 1900. Members of the Indian aristocracy and nationalist elite attended operas in Europe, and also saw such western "Hindu artists in India after 1920. They got impressed by their mystical interpretation and decided "to save" Indian dances by "spiritualizing" it by the Nâtya Sastra sanskrit text, rediscovered in 1862. The thesis proceeds to compare the transmission by contemporary teachers with the one employed by the nattuvanâr, as the relations between text and performance. Finally, it analyses the statutary duty (dharma) of the courtisans-dancers by using medieval inscriptions, tamil and sanskrit literature, and ethnographic data.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (421 p., 89 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 388-421.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TH 382
  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TH 382
  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TH 382 ex. 2
  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TH 382 ex. 2
  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.