The take-up of the unemployment insurance in France

par Sylvie Blasco

Thèse de doctorat en Analyse et politique économiques

Sous la direction de David Naum Margolis.

Soutenue en 2009

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    Une part significative des chômeurs ne s'inscrit pas à l'agence pour l'emploi, s'empêchant ainsi d percevoir une aide dans leur recherche d'emploi et l'allocation chômage en cas d'éligibilité. Dar cette thèse, nous mesurons le taux d'inscription à l'agence pour l'emploi en France et examinons les déterminants du non recours. Notre analyse s'inscrit dans le cadre de choix rationnel dans la mesure où l'on postule que le demandeur d'emploi s'inscrit si les gains, monétaires ou non, excèdent It coûts d'informations, de transactions et la stigmatisation associés à l'indemnisation. Pour prendre en compte l'endogénéité du lien entre recours et recherche d'emploi, et pour distinguer entre non recours temporaire et permanent, nous proposons une analyse à l'aide des modèles de prospection d'emploi et mobilisons les techniques d'analyse de durées. Des analyses de durées et des estimations structurelles, menées sur des données d'enquête et un appariement de registres administratifs, révèlent l'importance des incitations monétaires. De rapides retours à l'emploi et de frictions dans le processus de d'inscription sont à l'origine des faibles taux de recours observés Nous étudions enfin la décision de participer à un système d'assurance chômage avec politique actives d'emploi, conditionnellement au fait d'être inscrit. Nous étudions la décision de basculement dans le régime de Juillet 2001 qui instaure un accompagnement systématique des chômeurs. La stigmatisation, les problèmes d’information et l'anticipation d'un court épisode de chômage expliquent le non basculement, mais pour la grande majorité des chômeurs inscrits, ces coûts n sont pas assez élevés pour compenser les gains


  • Résumé

    A significant share of the unemployed workers do not register at the national unemployment agency, preventing them from receiving job search assistance and financial compensation when eligible. In this thesis, we measure the registration rates in France and provide theoretical and empirical elements to explain this behaviour. The analysis roots in the rational choice framework in the sense that eligible job seekers claim if gains, monetary or not, outweigh costs associated with participation. Following the take-up literature, we consider monetary incentives, imperfect information about entitlement, administrative barriers and stigma. To highlight the endogenous link between benefits take-up and job search activity, and to distinguish temporary from permanent non take-up, we propose a job search model wherein the worker needs to exert a claiming effort to be insured. Using both surveys and matched administrative data, we conduct a duration analysis and structural estimations. Quick returns to employment and frictions in the claiming process explain low take-up rates. We also tackle the behaviour of registered unemployed workers with respect to job search assistance. We use the 2001 reform, which made job search assistance an integral part of the French unemployment insurance. We examine whether workers who were registered at the time of the reform decided or not to enter in the new system We find a significant, but small, non take-up rate and evidence of self-selection. Stigma, informational issues and expectation of a short unemployment spell are found to explain non participation, but these effects are not high enough to prevent participation for most of the workers

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (191 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 181-191. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?