Sur la piste du goût du gras : implication de la gustation dans la perception oro-sensorielle des lipides alimentaires et rôle de la protéine CD36

par Dany Gaillard

Thèse de doctorat en Sciences de l'alimentation. Physiologie de la nutrition

Sous la direction de Philippe Besnard et de Patricia Passilly-Degrace.

Soutenue en 2009

à Dijon .


  • Résumé

    Certains mammifères dont l’Homme ont une attirance spontanée pour les lipides alimentaires. Pendant longtemps, on a pensé que la perception oro-sensorielle des graisses relevait uniquement de leur texture et de leur odeur. Des données récentes obtenues chez les rongeurs de laboratoire indiquent que le goût pourrait également contribuer à cette perception. Notre Laboratoire a récemment démontré que la lipid-binding protein CD36 exerce une fonction de lipido-récepteur lingual essentielle à la préférence pour les graisses alimentaires chez la souris. La question posée à ce stade consistait à déterminer si cette perception relevait réellement de la gustation. Au cours de cette thèse, nous avons mis en évidence que des protéines clés de la transduction des signaux gustatifs classiques sont coexprimées avec CD36 dans certaines cellules gustatives chez la souris, constituant ainsi un ensemble fonctionnel qui permettrait le transfert du signal lipidique vers les nerfs gustatifs. Par ailleurs, les parties gustatives du noyau du tractus solitaire, qui constitue le premier relais gustatif central, sont activées de façon CD36-dépendante suite à une stimulation lipidique orale. Ces données suggèrent donc qu’il existe une sixième modalité gustative chez la souris, dédiée à la perception des lipides alimentaires. Nous avons ensuite étudié l’intégration du signal lipidique par le noyau accumbens, un centre régulateur de l’hédonisme. Le noyau accumbens est activé suite à une stimulation orale lipidique, mais ce phénomène ne dépend pas du CD36 lingual, suggérant l’intervention d’un autre système de perception. Ensuite, nous avons exploré si la sensibilité du système de perception gustative des lipides pouvait être régulée par les lipides alimentaires. Les données obtenues ont montré que l’expression du gène codant pour le CD36 lingual est induite par l’acide linoléique suite à une exposition court terme. En revanche, elle n’est pas affectée par une exposition long terme avec des lipides. Nous avons aussi mis en évidence que la préférence pour les lipides requiert un certain niveau d’expression du CD36. Enfin, nos résultats suggèrent que le récepteur nucléaire PPARα serait impliqué dans le comportement ingestif chez la souris.

  • Titre traduit

    On the track of "fat taste" : involvement of gustation in the oro-sensory perception of dietary lipids and role of the protein CD36


  • Résumé

    Some mammals including humans display a spontaneous preference for dietary fat. For a long time, oro-sensory lipids perception was thought to depend only on olfactory and textural cues. Recent data have indicated that taste could also contribute to this perception in laboratory rodents. Our Laboratory has recently demonstrated that the lipid-binding protein CD36 is a lingual lipid receptor, essential for the preference for fat in mice. The question at this stage was to know if this perception effectively involves gustation. During this thesis, we showed that key proteins involved in basic gustatory signal transduction are coexpressed with CD36 in some taste receptor cells in mice, constituting a functional unit that could permit the transfer of the lipid signal toward the gustatory nerves. Moreover, gustatory areas of the nucleus of the solitary tract, which is the first gustatory relay in the brain, are activated in a CD36-dependant way by oral lipid stimulation. These data suggest that a sixth basic taste modality devoted to dietary lipid perception exists in mice. Then, we studied the integration of the lipid signal by the nucleus accumbens, a regulatory brain area of hedonism. The nucleus accumbens is activated by oral lipid stimulation, but this phenomenon doesn’t depend on lingual CD36, suggesting the involvement of another lipid receptor. Then, we explored if the gustatory fat perception can be regulated by dietary lipids. Our results showed that lingual CD36 gene expression is increased by a short term exposure to linoleic acid. However, it is not affected by long term exposure to lipids. We also showed that fat preference requires a given CD36 expression level. Finally, our data suggest that the nuclear receptor PPARα is involved in licking behavior in mice.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol.(182 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 160-182, [549] réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TDDIJON/2009/8
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.