Intégration économique et monétaire des pays africains : de la zone franc CFA au projet d'union monétaire : bilan et perspectives

par Mamadou Khalidou Bassoum

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Claude Gnos.

Soutenue en 2009

à Dijon .


  • Résumé

    L’objectif de cette thèse est d’analyser l’intégration économique et monétaire de la zone franc CFA et des autres pays africains dans le cadre d’une union monétaire commune. L’intégration économique et monétaire est un facteur de paix sociale, de cohésion et la stabilité monétaire est une condition nécessaire au bon fonctionnement des économies des pays membres d’une union. Dans cette thèse, nous avons étudié ainsi l’union monétaire en allant au-delà de la monnaie. Nous étudions ici la démarche et l’origine de la zone franc CFA. Fruit d’une histoire politico-économique longue entre quatorze pays africains entre eux et la France, cette zone demeure un modèle d’union monétaire unique dans son genre. Divers sujets sont soulevés dans cette thèse, notamment les limites de la zone franc CFA, les problèmes récurrents des économies africaines, leurs dépendances vis-à-vis des importations, leurs performances macro-économiques, le problème de la dette extérieure et leur manque d’insertion à l’économie mondiale. Nous étudions la faisabilité d’une seconde zone monétaire entre les pays africains de la zone franc CFA et les autres pays de la CEDEAO. Cette nouvelle union monétaire appelle à la disparition du Franc CFA et à la création d’une nouvelle monnaie en Afrique de l’Ouest. Nous étudions enfin la dynamique d’une intégration économique et monétaire africaine. Ce projet est ambitieux et réaliste. Il permettrait aux pays africains de se doter d’une monnaie unique, d’une Banque Centrale Commune, d’harmoniser leurs politiques économiques, de multiplier les échanges commerciaux…Mais seulement ce projet est difficilement réalisable à court terme. Nous défendons dans cette thèse que la stabilité monétaire est une condition nécessaire mais pas suffisante pour tirer les économies africaines vers le développement économique. Afin de sortir du piège de la pauvreté et du sous-développement, nous montrons l’importance et l’intérêt des liens entre une intégration économique et monétaire et la politique de solidarité régionale. Il s’agit là de mettre en place pour les pays africains, notamment les pays africains de la zone Franc CFA, de véritables structures permettant de favoriser les micro-crédits, l’accumulation du capital, valoriser l’éducation, la santé…Face aux enjeux et aux urgences, pour face à la dette extérieure, à la mondialisation, à la pauvreté, les politiques de développement deviennent fondamentales. Sans cela, toute intégration économique et monétaire sera vouée à l’échec.

  • Titre traduit

    Economic and monetary integration of African nations : from the areas of the franc CFA to a project for a currency union : evaluation and prospects


  • Résumé

    This dissertation studies the economic and monetary integration of African nations within areas of the franc CFA and other African countries that have similar economic frameworks of currency unions. Economic and monetary integration plays a role in maintaining peace and creating monetary stability between the participating countries. Furthermore, this dissertation examines economic and monetary integration and goes beyond just currency. This work proposes solutions for developing policies, like those that promote healthcare, education and micro-finance, that help African countries to overcome underdevelopment.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol.(262 f.)
  • Notes : Thèse non reproduite
  • Annexes : Bibliogr. f. 242-256, [152] réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Section Droit-Lettres.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TEDIJON/2009/3
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.