Néron est-il un prince ? : Etude de politique romaine

par Ségolène Combe

Thèse de doctorat en Histoire ancienne romaine

Sous la direction de Olivier Jehasse.

Soutenue en 2009

à l'Université de Corse .


  • Résumé

    Mon investigation scientifique et philologique est en quelque sorte une catharsis au niveau du sens politique de Nero princeps. Le coeur de la thèse consiste en un corpus réunissant 41 auteurs de langues, de cultures, d'origines et de bords différents que 12 siècles séparent. Pour faciliter sa lecture, son commentaire, et suivre l'évolution du vocabulaire au fil des siècles, les auteurs sont classés chronologiquement. La question sous-jacente à l'étude linguistique et conceptuelle de ces discours consiste à savoir si on est en face de 4 interprétations -latine, grecque, religieuse et byzantine- de ce qu'est politiquement Nero. Sénèque est l'auteur décisif en matière de désignation politique de Néron. Sa création majeure réside dans la notion Nero Caesar qui fait passer ces 2 nomina au rang de concept politique. Cette invention est en corrélation avec la remise au goût du jour plus ou moins officielle de "l'idée de royauté" attachée au princeps. Chez les religieux Néron privatus et Néron princeps tendent à se confondre. Il devient la Bête, le représentant terrestre de Satan. A ce titre il est nécessairement un personnage puissant qui peut rivaliser dans son humaine mesure, avec le divin. Cette confusion trouve sa résolution finale avec les Byzantins qui, en procédant à une graduation sémantique de l'évolution princière vers la toute-puissance, mettent en relief l'étroitesse des parois censées compartimenter le prince, être quasi surhumain, de 1 'homme en proie à ses pulsions et ses faiblesses. Zosime puis Zonaras créent un concept -monarchia-' résumant 10 siècles de débats philosophico-politiques. Ce mot institue Néron fondateur de régime politique. Ces 4 groupes, malgré des différences d'approches, des divergences d'opinion et une non uniformité lexicale totale, ont compris le message de Sénèque qu'ils corroborent puisque jusqu'au Xnème siècle, derrière le nom, Nero, devenu concept, existe un véritable programme politique.


  • Résumé

    My scientific and philological investigation is like a catharsis on a level with the political sense of Nero princeps. The thesis's hearth is a corpus about 41 authors of languages, cultures, origins and differents opinions that 12 centuries separate. Ln order to facilitate his reading, his commentary and to follow the vocabulary evolution, the authors are presented in a chronological order. We want to know if there are 4 interpretations -latin, greek, religious and byzantine¬about who is politically Nero. Seneca is the decisive thinker in matters of Nero's political designation. His major creation lies in the Nero aesar's concept whose puts this 2 nomina at the level of political idea. This invention operate with the rebirth of « ['idée de royauté» linked to the princeps. With the religious, Nero privatus and Nero princeps confound themselves. Nero becomes the Beast, the terrestrial delegate of Satan. Ln virtue of this, he is necessary a powerful personage who can compete in his human proportion with the divine. This confusion finds a final resolution with the byzantines who, by proceeding to the semantic's graduation of the princely evolution towards the omnipotence, put in relief the partition's straitness whose compart the prince, being almost superhuman, than the man' victim of one's pulses and weaknesses. Zosime then Zonaras create a concept -monarchia- recapitulating 10 centuries of discussion and instituting Nero founder of political form of govemment. This 4 groups, in spite of different approaches and opinions, have understood the Seneca's message that corroborate since to the 12 century behind the name Nero became concept, exists a real political programme.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (899 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 487 ref. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Corse (Corte, Haute-Corse). Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH COM 1/3 79372
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.