Spectroscopie quantitative par résonance magnétique proton en conditions cliniques : étude de la variabilité d'un dispositif ERETIC et spectres de médicaments

par Gabriela Hossu

Thèse de doctorat en Recherche clinique, innovation, technologie, santé publique

Sous la direction de Pierre Denise et de Jean-Marc Constans.

Soutenue en 2009

à Caen .


  • Résumé

    La spectroscopie cérébrale proton permet d’identifier et de quantifier des résonances de composés neurochimiques de manière non invasive afin d’améliorer le diagnostic, le pronostic et le suivi thérapeutique de patients. L’objectif de ce travail est d’élaborer des outils pour l’évaluation du risque d’erreur des résultats en spectroscopie proton cérébrale en conditions cliniques. Pour cela, la méthode ERETIC (Electronic REference To access In vivo Concentrations) est implémentée sur un imageur clinique GE 1. 5 Tesla. Le signal électronique issu de cette technologie permet d’effectuer un contrôle de qualité court terme et de détecter d’éventuels dysfonctionnements de la chaîne d’acquisition ou des antennes à multi-éléments en réseau phasé. Ce travail met également en évidence les sources de variations affectant le signal électronique ERETIC acquis. L’amélioration de la connaissance à priori se fait également par l’acquisition en conditions cliniques de signatures spectroscopiques de médicaments. La reproductibilité de ces mesures est étudiée par des méthodes statistiques qui permettent de choisir le spectre le plus représentatif parmi plusieurs enregistrements. De plus, une attention particulière est portée sur les références spectroscopiques internes (le tétraméthylsilane chloré à 1% et la choline) et sur le décalage fréquentiel du à la température. L’information spectrale est alors validée par sa qualité et sa position en fréquence afin d’améliorer la détection, l’identification et la quantification précise de métabolites.

  • Titre traduit

    Quantitative proton magnetic resonance spestroscopy under clinical conditions : a variability study for the ERETIC device and spectroscopic signature of drugs


  • Résumé

    Brain proton spectroscopy enables non invasive identification and quantification of brain compounds in order to improve diagnostic, prognostic and therapeutic patient follow-up. The purpose of this work is to elaborate tools to evaluate the risk of false detection in brain proton spectroscopic results in clinical conditions. For this purpose, the ERETIC (Electronic REference To access In vivo Concentrations) method is implemented on a GE clinical 1. 5 Tesla scanner. This technology provides an electronic signal which can be used to perform short-term quality control on the acquisition chain. It also allows to detect problems with individual RF channels or the acquisition chain. This work also focuses on sources of variation which may disturb the electronic acquired signal ERETIC. Prior knowledge improvement of electronically acquired ERETIC signal is also achieved by acquiring, in clinical conditions, spectroscopic signatures of drugs. Reproducibility of these measurements are studied using statistical methods which allow us to select the most representative spectrum out of all acquired during our experiments. Furthermore, we also worked on spectroscopic internal references, such as tetramethylsilane diluted in deuterated-chloroform at 1% and choline. With these references, we studied the frequency shift due to temperature effect. Spectral information was validated based on its quality and its frequency position in order to improve detection, identification and precisely quantification of metabolites.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (276 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 173-178

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Caen Normandie. Bibliothèque Madeleine Brès (Santé).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 09 CAEN 3109
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.