Effets directs et indirects de la pêche sur des groupes trophiques de poissons démersaux, définis par une approche écomorphologique

par Yves Reecht

Thèse de doctorat en Biologie marine

Sous la direction de Marie-Joëlle Rochet.

Soutenue en 2009

à Brest .


  • Résumé

    La dynamique de groupes fonctionnels dans une communauté peut permettre de mieux comprendre les impacts d’une perturbation sur le fonctionnement du système. Nous nous attendons en particulier à ce que les groupes fonctionnels répondent différemment à la pression de pêche, en fonction de leur exposition directe et de leurs interactions (effets indirects). Une méthode basée sur une approche écomorphologique a été développée, en se focalisant sur les fonctions de prédation, pour définir des groupes fonctionnels basés sur la taille et la taxonomie des individus, dans les communautés de poissons démersaux de mer Celtique et de mer du Nord. Onze traits fonctionnels ont été utilisés pour définir 12 groupes fonctionnels en mer Celtique (basés sur 930 individus appartenant à 33 espèces) et 7 en mer du nord (basés sur 710 individus de 22 espèces). En mer Celtique, les groupes fonctionnels expliquent mieux le régime alimentaire que des groupes de taille tandis que le régime alimentaire en mer du Nord semble davantage gouverné par la taille des individus. Des séries temporelles de biomasse des groupes fonctionnels ont été reconstituées d’après des données de campagnes scientifiques de chalutage de fond. Dans les deux communautés, la pêche semble affecter inégalement différentes fonctions trophiques. Nous montrons par ailleurs (i) une propagation des effets de la pêche des hauts vers les bas nivaux trophiques (effets top-down) en mer du Nord et (ii) des phénomènes de compensation écologique intra-groupe en mer Celtique. Le fonctionnement des deux communautés paraît affecté par la pêche. La mer Celtique semble toutefois plus résiliente aux perturbations que la mer du Nord.

  • Titre traduit

    Direct and indirect effects of fishing on demersal fish trophic groups, defined by an ecomorpholical approach


  • Résumé

    Functional groups dynamics in marine communities may help to understand how perturbations impact the functioning of an ecosystem. It is notably expected that functional groups respond differently to fishing pressure owing to their direct exposure to fishing and interactions between groups (indirect effects). A method was developed, based on an ecomorphological approach focusing on predation functions, to define size- and taxonomy-driven functional groups in demersal fish communities from Celtic and North seas. Eleven functional traits were used to define 12 functional groups in Celtic sea (based on measurements on 930 individuals from 33 species) and seven groups in North sea (710 individual from 22 species). In Celtic sea, the functional groups better explained diet than size groups whereas diet in North sea appeared rather size-driven. Functional groups biomass time-series were assessed using ground-fish surveys data. Fishing seems to unequally affect different ecological functions in both communities. It was furthermore shown that (i) fishing effects propagate from high to low trophic levels (top-down effects) in North sea and (ii) ecological compensation may occur within functional groups in Celtic sea. The functioning of both communities appeared impacted by fishing pressure. Nevertheless, the Celtic sea fish community appeared more resilient to perturbation than the one from North sea.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (XII-213 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 181-192

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bretagne Occidentale. Service commun de la documentation Section Droit-Sciences-STAPS.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TBRE2009/23
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.